Selon le Premier ministre, l’État compte miser sur la recherche pour booster le développement. Une hausse budgétaire est en vue.

Important. Tel est le mot de Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, lorsqu’il a abordé la question de la recherche, durant son discours, à la clôture de la célébration du 40e anniversaire de l’Université Andrian­jato, à Fianarantsoa, hier.
Le chef du gouvernement a, de prime abord, voulu profiter de cadre académique de l’Université de la capitale du Betsileo pour mettre l’accent sur « l’importance qu’accorde l’État à la recherche ». Selon le locataire de Maha­zoarivo, « la recherche est une des vocations les plus importantes d’une université. C’est un des leviers du développement. La recherche doit être une force de développement. Et c’est le chef du gouvernement qui parle ici, j’encourage la ministre de l’Enseignement supérieur à accorder plus de crédits à la recherche ».
Dans un contexte où le bras de fer entre le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs- enseignants de l’enseignement supérieur (SECES) et l’État tend à devenir systématique sur les
conditions de travail et la rémunération, les mots du Premier ministre pourraient être un clin d’œil d’apaisement. A s’en tenir à ses mots d’hier, cependant, l’idée serait d’augmenter le budget à allouer aux travaux de recherches. Questionné sur la manière dont le pouvoir compte procéder à cette augmentation, le numéro deux de l’Exécutif a indiqué que « c’est une question de priorisation ».

Réforme
La loi de finances 2018 vient d’être votée par le Parlement. Aucun indicatif sur la part de son budget que le département de l’Enseigne­ment supérieur et de la recherche scientifique compte accorder à la recherche n’a été donné, hier. Seulement, il est probable que ce ne soit pas au niveau des besoins, vu que le Premier ministre a recommandé une augmentation de crédit à la ministre Monique Rasoazananera.
Durant un salon de la recherche à l’Université d’Antananarivo, en 2016, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, avait indiqué que le budget accordé à la recherche équivaudrait à 0,14% du Produit intérieur brut (PIB). Selon les recommandations de chercheurs africains, ce taux devrait, cependant, être au moins de 1% du PIB pour que les conditions d’une recherche avec des résultats probants soient de mise.
Dans un premier temps, afin de suivre les directives du chef du gouvernement, le département conduit par la ministre Rasoazananera, pourrait songer à des aménagements budgétaires. Durant son allocution d’hier, Solonandrasana Olivier Mahafaly, a indiqué que des reflexions sur « la réforme des Universités », seraient en cours. Un sujet sur lequel le locataire de Mahazoarivo, a pourtant été peu parlant, laissant juste entendre que le système académique, une décentralisation plus poussée de établissements, ou encore, l’allocation des bourses d’études seraient, entre autres, concernés.

Célébration de fanfare

Le staff de l’Université d’Andrianjato a mis les petits plats dans les grands, pour clôturer la célébration du 40e anniversaire de l’établissement, hier. Une cérémonie présidée par le Premier ministre, accompagné de la ministre de l’Enseignement supérieur, de Beboarimisa Ralava, ministre du Transport et de Jean Anicet Andriamosarisoa, ministre de la Jeunesse et des sports. Des inaugurations de nouveaux bâtiments à la chaîne, comme ceux appartenant au Département de droit, d’économie, de gestion et de Science sociale (DEGS), ou encore à la faculté des Lettres et sciences humaines (FLSH). Une journée qui a été clôturée par un show organisé pour les étudiants. Submergé par l’émotion, probablement, le docteur Fontaine Rafamantanantsoa, président de l’Université de Fianarantsoa, n’a pas pu s’empêcher de tenir un discours de plus d’une trentaine de minutes, où il a enchaîné les blagues et anecdotes.

Garry Fabrice Ranaivoson