Le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle vise à produire des techniciens dans le domaine minier. Des experts étrangers pourraient assurer la formation.

Mieux vaut tard que jamais. Le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle décide de revaloriser son domaine. Le nouveau ministre Horace Gatien ayant repris le service depuis hier a l’idée d’exploiter l’enseignement technique pour ne plus dépendre des techniciens  venant de l’extérieur dans l’exploitation des potentielles ressources du pays. «On fera de notre mieux pour ne plus faire appel aux techniciens étrangers. Avec une formation professionnelle adéquate et précise, on pourra produire des techniciens. Rappeler ceux qui constituent une fuite de cerveau peut également se faire», avance t-il. C’était hier, lors de sa passation de service avec son prédécesseur Jean André Ndremanjary. Selon le ministre, de nombreux investisseurs miniers font désormais un clin d’œil depuis le nouveau régime, entre autres  dans les sites à Soalala, Sakoa, Tsimiroro et Bemolanga. Le domaine minier exige des compétences,  d’où la nécessité de formation des techniciens malgaches.
Retraite
L’ambition est grande mais sa concrétisation nécessite d’énormes investissements matériel et financier. La collaboration avec les experts étrangers n’est pas des moindres pour dispenser des formations professionnelles aux étudiants, futurs techniciens. Selon le secrétaire général de ce ministère, Georges Solay Rakoto­nirainy, la moitié des enseignants partiront à la retraite d’ici 5 ans. Les syndicalistes de l’enseignement technique et de la formation professionnelle affirment toutefois que ce ne sont pas les ressources humaines (les experts) qui manquent à l’instauration de la formation sur les mines. «La filière mine n’est pas encore valorisée dans l’enseignement technique, alors que c’est une des potentielles ressources, créateur d’emploi», ont-ils laissé entendre. Déterminé comme il le prétend, le ministre Horace Gatien compte sur l’État et l’appui des bailleurs de fonds, dans la mise en œuvre de ses ambitions. «On cherchera les fonds là où ils se trouvent», a t-il conclu.

DEUX MINISTÈRES EN CHARGE DE L’EMPLOI ?

Une confusion est constatée entre le ministère de l’Emploi et la direction générale de l’emploi, du travail et des lois sociales. La dernière étant rattachée au ministère de la Fonction publique. Même les deux ministères ne comprennent pas vraiment qui fait quoi. Le ministre de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle envisage une discussion sur le partage des attributions avec son homologue de la Fonction publique, Jean de Dieu Maharante.