Le projet Gemaha vient d’être lancé. Celui-ci vise à fournir de l’électricité de base aux populations du Sud avec du jatropha.

L’énergie verte devient une tendance. Madagascar veut produire de l’énergie avec du jatropha dans certaines zones du pays. C’est l’esprit de la Génération d’électricité rurale à partir du jatropha mahafalensis du sud de Madagas­car (Gemaha). Comme son nom l’indique, le projet vise à fournir de l’électricité de base aux populations du Sud avec cette plante.
« La politique nationale de l’Énergie vise à donner accès à l’électricité d’ici 2030 à 70% de la population. Ce projet constitue un moyen pour y parvenir et s’aligne parfaitement à cette politique, vu que la valorisation énergétique de la biomasse figure parmi les axes prioritaires de notre département », a fait savoir Lanto­niaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures lors du lancement de ce projet mardi à Ankorondrano.
Prévu pour 24 mois, le projet Gemaha bénéficie du soutien de la Commission de l’océan Indien et de l’Union européenne. Ces partenaires financiers vont investir à hauteur de 330 000 euros soit environ 1,155 milliards d’ariary pour développer cette filière d’accès à l’énergie à partir de jatropha.
Produit d’avenir
Les objectifs généraux sont multiples, à savoir l’électrification décentralisée par le développement d’une filière locale spécifique et renouvelable pour être répliquée, la contribution au développement de l’agriculture familiale, la contribution à la production de compost, engrais et alimentation pour l’élevage et la contribution à la promotion de l’énergie domestique autre que le bois et le charbon de bois et contribution à la réduction de l’utilisation de l’énergie fossile.
Cette plante serait-elle un produit d’avenir   En tout cas, plusieurs projets d’énergie produite avec cette plante sont en phase de test dans d’autres pays africains. Pour Madagascar, le développement des énergies alternatives est incontournable afin de réduire les impacts du changement climatique, de la hausse du prix des produits pétroliers et de l’augmentation de leur consommation.
En effet, ce carburant d’origine végétale peut faire fonctionner des voitures, des tracteurs, des groupes électrogènes, des moteurs diesel. L’huile extraite de jatropha peut être utilisée comme biocarburant pour la production d’électricité, tandis que les tourteaux serviront pour l’alimentation animale et la combustion domestique.
Madagascar n’est pas à son premier coup d’essai en ce qui concerne le jatropha. Des projets de production de biocarburant extrait de cette plante avaient fait la une des actualités il y a dix ans sans donner plus de nouvelles en ce moment. Espérons que Gemaha ne connaisse pas le même sort.

Lova Rafidiarisoa