Pas de hausse. La prochaine révision de tarif d’électricité ne concerne pas une catégorie de clients de la Jirama. D’après le ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, les couches sociales consommant moins de 25 kilowatts par mois sont épargnées par cette hausse. « La Jirama et l’État arrivent à maintenir leur prix à 141 ariary le kilowatt heure pour plus de 50 % de ses clients », a souligné le membre du gouvernement.
À en croire cette déclaration, la hausse serait au rendez-vous, au premier trimestre 2018, pour les clients haute tension et moyenne tension, c’est-à-dire les entreprises et les industriels.
Devant les difficultés financières rencontrées par la Jirama, les dirigeants de cette société d’État n’ont pas d’autres choix que de relever les tarifs. Jusqu’ici la société ne fait que des ventes à perte. Son fonctionnement dépend ainsi de l’aide budgétaire de l’État. Pour cette année, cette subvention est de l’ordre de 209 mil­liards ariary, si l’on tient compte de la prévision écrite dans le projet de loi des Finances 2018.
« Nous allons ramener le coût de l’énergie à la baisse pour atteindre l’équilibre opérationnel en 2020.  En même temps, une révision progressive des tarifs est aussi envisagée », a soutenu, pour sa part, Olivier Jaomiary, directeur général de la Jirama. Une fois cet équilibre opérationnel atteint, la société d’État n’aura plus besoin de ces subventions étatiques.

Lova Rafidiarisoa