Les partis membres du Comité de vigilance démocratique pour les élections (CVDE) ont conclu un pacte hier, a l’hôtel Colbert, dont le but est d’aboutir à la tenue des élections en bonne et due forme. Selon Ihanta Randria­mandrato, chef de file du CVDE, ce pacte découle des précédentes réunions des chefs de partis politiques durant le passage des lois sur les élections au sein du gouvernement. À cet effet, les signataires du pacte se sont engagés à respecter plusieurs points.
Dans les grandes lignes, les chefs de partis politiques s’engagent à respecter les disciplines, les règles du jeux et la consensualité dans l’application des décisions communes et à former un front uni des forces vives jusqu’à l’instauration de la vraie démocratie pour l’intérêt du peuple malgache. Ils s’engagent aussi à prendre toutes les dispositions pour trouver des solutions qui n’engendreront pas une crise pré et postélectorales et à prendre leurs responsabilités pour épargner au peuple malgache les répercussions dévastatrices d’une nouvelle crise. Enfin, les signataires s’engagent à rester solidaires jusqu’à l’aboutissement de leurs objectifs.
Le CVDE revendique notamment le dialogue et l’élaboration conjointe de tous les textes relatifs aux élections, ainsi que la tenue d’élections inclusives, la transparence, la vérité des urnes, la sincérité des votes en matière électorale en respectant toutes les formes démocratiques, qui exigent la neutralité des forces armées et de l’administration.

Un semblant d’ingérence
Malgré son appellation, le pacte ne prévoit, cependant, aucune sanction à l’encontre des signataires qui ne le respecteront pas. « Avant de conclure le pacte, nous nous sommes mis d’accord sur le fait de ne pas signer si on ne peut pas respecter le pacte jusqu’à l’aboutissement des objectifs », a souligné Ihanta Randria­mandrato.
D’après Yves Ramaro­jaona, membre du CVDE, ce pacte est également lié à la résolution proposée par le parlement européen afin
d’exiger du Président Hery Rajaonarimampianina la tenue d’élections présidentielles « libres et crédibles » en 2018. « Il faut se dire que la tenue de la présidentielle de 2018 est notre objectif principal, qu’elle soit acceptée par tous et sans ni-ni », a-t-il soutenu.
Une résolution du parlement européen envers laquelle Ihanta Randria­man­drato reste favorable malgré des dénonciations d’ingérences soulevées par plusieurs observateurs. « Le plus grand des souhaits est que la communauté internationale ne se mêle pas de nos affaires. Pourtant, compte tenu des efforts qu’elle a fournis dans la mise en œuvre et le financement d’ateliers sur les élections, nous pensons qu’il est temps de leur montrer que leurs efforts n’ont pas été vains », a-t-elle expliqué.
Le 15 novembre, le Parlement européen a en effet adopté plusieurs propositions de résolutions concernant Madagascar, dont la deuxième touche notamment l’organisation d’élections dans le calme. Dans cette partie, on peut lire que le parlement européen « espère que les élections prochaines auront lieu dans un climat paisible et serein afin qu’elles puissent se dérouler de façon démocratique et transparente; souligne que l’ordre constitutionnel et la stabilité politique doivent être préservés et que seuls le dialogue et le consensus entre tous les acteurs politiques sont susceptibles de garantir la tenue d’élections crédibles dans le délai prévu en 2018; invite la communauté internationale à adopter toutes les mesures utiles pour que les élections présidentielles de 2018 soient libres et régulières ».

Loïc Raveloson