Le chef de file du parti ADN a réaffirmé sa détermination à lutter contre l’impu­nité. Une dénonciation des impunis prétendant aux élections traduira l’engagement.

Haro. Dernier invité de l’after du journal de la radio Antsiva hier, Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti Arche de la nation – Antoka sy dinan’ny Nosy (ADN), a réaffirmé sa détermination à combattre l’impunité dans le pays. Un engagement qui l’a amené à bousculer les codes pour inscrire à l’ordre du jour de la réunion de la commission des droits de l’Homme de l’International liberal, à La Haye, le thème de l’impunité.
Récemment élu membre de cette commission, Edgard Razafindravahy a pu faire entendre la voix du parti ADN, mais aussi celle des Malgaches qu’il a rencontrés durant ses multiples tournées nationales. « Nos concitoyens ont systématiquement fait part de leur lassitude face à l’impunité, durant les tournées politiques que j’ai faites », a déclaré le chef de file du parti libéral au micro de la radio Antsiva. Inscrite dans la résolution de la réunion de La Haye, l’initiative du numéro un de l’ADN sera portée devant les Nations Unies.
Durant l’entretien radiophonique d’hier, la journaliste a questionné Edgard Razafindravahy sur la portée de sa volonté à lutter contre l’impunité dans la conjoncture nationale actuelle. Les perspectives des échéances électorales dominent les débats politiques. Sur ce point, l’homme politique a indiqué qu’« au moment des élections, le parti ADN se dressera pour dénoncer les impunis qui se présenteront ».

Vocation 
Le leader du parti libéral explique son engagement contre l’impunité en soulevant que c’est un fléau nuisible au développement. « La population a le droit de réclamer que les responsables de détournement de deniers publics soient punis », a-t-il soutenu. Pareillement pour les trafiquants illicites des richesses du pays, des personnes corrompues, ou encore des responsables d’atteintes à la vie humaine durant les crises politiques qui gambadent sans crainte et en toute liberté.
« L’impunité est un frein au développement. La responsabilité d’un chef de parti, d’un parti politique est de se lever lorsqu’il y a un risque pour le développement », a ajouté le chef de file du parti ADN. Crier haro contre les prétentions électorales des « impunis », selon ses explications sur la radio Antsiva, découle aussi de ses échanges avec la population durant ses tournées politiques. « Durant mes tournées, l’avis de la population était simple. Elle ne veut plus d’impunis comme dirigeants », a-t-il déclaré.
Comme l’explique Edgard Razafindravahy, la lutte contre l’impunité fait partie de la défense des droits de l’Homme. Ceci, du fait que les méfaits des impunis peuvent impacter sur le bien-être d’une nation toute entière. « La vocation d’un parti politique est la quête du bien-être de la population. Si lutter contre l’impunité est la manière d’y parvenir, je le ferai sur tous les fronts, et porterai les batailles devant toutes les instances possibles », a affirmé le membre de la commission des droits de l’Homme de l’International liberal.
Les échanges d’Edgard Razafindravahy durant et en marge de la réunion de La Haye ont mis en exergue le fait, qu’outre les lois et instances nationales, il y a d’autres voies pour combattre l’impunité. Des chemins qu’offrent les lois et instances judiciaires internationales. Durant leur entretien, Sylvia Fernandez, présidente de la Cour pénale internationale (CPI), lui a indiqué que « la souveraineté veut que l’application de ces lois soit prioritaire. Si le pays en question ne le fait pas, il y a la CPI ».

Garry Fabrice Ranaivoson