Les débats stériles ont peu d’impacts sur le quotidien de la population. Les élections, la santé publique, l’inflation ou tout autre sujet brûlant reposent sur la bonne gouvernance impliquant tout un chacun.

Clair. Le parti Antoka sy dinan’ny Nosy/Arche de la nation (ADN) affirme la nécessité de la participation de tous pour le développement de Madagascar. Lors de son interview à la radio Antsiva hier, Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti ADN, a souligné l’importance de la bonne gouvernan­ce pour le progrès du pays.
Ce thème a été discuté à Johannesburg pendant le 199e meeting du comité exécutif de l’Internationale Libérale auquel Edgard Razafindravahy a participé vers la fin du mois d’octobre. Les échanges pendant cette réunion ont fait ressortir que la bonne gouvernance avait contribué au développement de plusieurs pays et il appartient aux Malgaches de choisir sa voie.
Le parti ADN pense local mais agit de façon globale. Dans le local, le parti ADN est à l’écoute du peuple à travers ses multiples déplacements même dans les zones enclavées. Des fokontany à l’échelle régionale, des contrats sociaux dinam-piarahamonina ont été érigés suite à diverses consultations et réflexions avec les acteurs à la base. Tout récemment, le parti a marqué sa rentrée politique à travers la grande marche pour la refondation à Ambongamarina Anjozorobe. Ces expériences visent la refondation de la Nation à travers le federalisma sahaza et servent d’arguments pour asseoir la notoriété du parti au niveau international. Ainsi, le parti ADN est, désor­mais, membre à part entière de la grande famille de l’International Libéral, un regroupement des libéraux du monde entier. Une marque de confiance à tel point que le chef de file du parti a été choisi parmi les vingt-deux membres constituant le comité de la défense des Droits de l’Homme au sein de cette grande organisation.
Dans son intervention à la radio Antsiva, Edgard Razafindravahy a insisté sur la nécessité de la refondation de la Nation. « Le monde est en pleine mutation. Ainsi, la façon de faire de la politique aussi doit suivre ce changement », affirme-t-il. Pour illustrer ses propos, il a pris l’exemple du mouvement La République en marche qui a reconfiguré totalement l’échi­quier politique en France. Cela permet l’apaisement et la stabilité politique.

Transparence
À Madagascar, la bonne gouvernance est un choix possible et faisable. « La bonne gouvernance veut dire servir et partager le meilleur de soi-même au lieu d’attendre et se servir. Elle traduit la volonté des dirigeants, des fonctionnaires, des magistrats, de la société civile,… et le peuple en général de refuser la corruption, de promouvoir le développement, d’agir dans la droiture et le respect. C’est un choix possible d’autant que le parti ADN a développé une stratégie pour y arriver», a-t-il continué.
La révision du cadre juridique des élections alimente les débats depuis quelques semaines. Dans son intervention, et dans le respect du principe de la professionnalisation de la politique, le parti ADN à travers son chef de file national, Edgard Razafindravahy, plaide pour la transparence des règles de jeu. « Cela conduira à l’apai­sement et la crédibilité des élections donc à la stabilité politique, clé du développement », a-t-il martelé. Ainsi, il exhorte chaque partie prenante à faire des concessions pour l’intérêt supérieur de la nation. « On ne peut pas être satisfait à cent pour cent. Je pense qu’il y avait suffisamment de consultations dans l’élaboration de ce cadre juridique des élections. Le pays ne survivra pas à une nouvelle crise postélectorale donc j’invite toutes les parties prenantes à réfléchir sur cette question », affirme Edgard Razafindravahy.
Le parti ADN continuera à faire l’interface entre le local à travers ses différentes tournées politiques et le global dans les réunions de haut niveau à l’international. Fin novembre, Edgard Razafindravahy, en sa qualité de membre du comité des droits de l’Homme à l’International Liberal, assistera à La Haye, à une réunion de haute importance sur les droits de l’Homme. C’est un pas de plus pour le parti ADN et pour Madagascar dans la défense des sans voix.

Andry Rialintsalama