La mise en place du travail décent dans l’économie rurale est en bonne voie. Le plan national d’action (PNA) pour sa promotion a été validé hier, à l’hôtel Colbert Antaninarenina.
Parmi les grandes lignes de cette promotion du travail décent dans l’économie rurale, figurent le renforcement de l’encadrement et de la formation professionnelle ainsi que l’investissement dans le milieu rural.
Le gouvernement, pour sa part, devra mettre en place un cadre de dépense bien clair dans la promotion de ce travail décent. Les partenaires techniques et financiers ont aussi leur part de responsabilité en faisant de la protection sociale une priorité, dans la concrétisation des projets et programmes.
Promouvoir le travail décent dans l’économie rurale devra engendrer le développement rural, notamment le niveau de vie de la population. Selon Jean de Dieu Maharante, ministre de la Fonction publique, de la réforme de l’Administration, du travail et des lois sociales, quand ce travail décent sera effectif, les pêcheurs, les agriculteurs, les éleveurs, bénéficieront de retraite, de soins médicaux et de toute autre forme de protection sociale. Mais c’est encore un travail de longue haleine. Les changements ne seront ressentis que dans 5 à 10 ans.

M. R.