Pas de développement sans sécurisation foncière. Pour de nombreux paysans, se faire établir un titre foncier représente un parcours semé de nombreuses embûches pour ne citer que l’éloignement géographique des services domaniaux et la lourdeur administrative. Devant ces faits, les autorités ont mis en place une nouvelle politique foncière avec la délivrance de certificat foncier au niveau des communes. Le succès de ce projet dépasse les attentes.  « Je pourrais exploiter tranquillement mes terrains » a déclaré Rakotoarimanana,  un habitant de Lohanandro dans la commune d’An­driam­bilany district d’Ambatolampy lorsqu’il a reçu l’un des certificats fonciers de ses parcelles, hier. Ce septuagénaire n’a même pas hésité une seconde lorsque la commune a invité la population à enregistrer ses terrains auprès du guichet foncier.

Intérêt de la population

Dans cette commune rurale, commune pilote de cellule de coordination de la réforme foncière (CCRF),  la maire explique que la majorité de la population ne dispose pas encore de titre foncier. « Nous avons identifié dix-sept mille parcelles non titrées dans la commune. Plus de onze mille dossiers sont en cours de traitement actuellement. Ce qui montre l’intérêt de la population à se procurer ce document », a annoncé la maire Yvette Rakotomalala. « Le projet redémarre bien et tant mieux pour le développement du pays », a soutenu Coralie Gevers, country manager de la Banque mondiale. Cette institution de Bretton Woods apporte un soutien financier considérable dans la réforme de la politique foncière à Mada­gascar. On peut citer le projet de croissance agricole et de sécurisation foncière (CASEF) qui bénéficie d’un crédit de 53 millions de dollars. « Notre objectif est de distribuer cinq cent mille certificats fonciers en trois ans dans certaines régions de la Grande île », a fait savoir Soja Sessy, coordonateur de ce projet qui combine le développement de la chaîne de valeur, l’amélioration de la gestion des droits des terres, et l’entretien des infrastructures et leur réhabilitation.

Lova Rafidiarisoa