Gérer au mieux les ressources marines côtières. Tel est l’objectif du projet « Pêche côtière durable » qui vient de bénéficier d’un financement allemand.

Après deux années de préparation du projet « Pêche côtière durable », Madagascar national parks (MNP) et ses collaborateurs arrivent au stade de sa concrétisation avec un contrat de financement et d’exécution entre l’Institut de crédit pour la reconstruction, la KfW, et l’État malgache. Le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ) a décidé d’appuyer le projet avec un don de plus de 37,4 milliards d’ariary pour le fonctionnement, pendant cinq ans, des six sous-projets élaborés par cinq ONG constituant le projet « Pêche côtière durable ».
Ainsi, une signature de déclaration de coopération du projet entre World wild fund for nature (WWF), Mitantana Harena An-dRanomasina avy eny Ifotony (Mihari), Wildlife conservation society (WCS), Gret et Blue ventures et MNP s’est déroulée avant-hier à l’hôtel Colbert Antaninarenina, sous l’égide du ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts et du BMZ.
La mise en œuvre du projet sera du ressort de son promoteur, le MNP. Ce programme ambitionne d’appuyer les populations locales des zones côtières choisies par les ONG parmi les dix-huit aires protégées marines de la Grande île.

Écosystèmes
Le MNP et ses partenaires prévoient vingt-huit bénéficiaires du projet, répartis dans trente-sept communes, soit cent trente huit fokontany.
L’objectif principal est l’appui aux aires de pêches gérées localement, avec la coopération d’une ou plusieurs ONG afin de supprimer la surexploitation des ressources halieutiques et les pratiques de pêches illicites.
« Il s’agit de préserver le capital naturel et les écosystèmes, réduire les effets négatifs du changement climatique et renforcer la résilience des populations et des territoires concernés », a rappelé la ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, Johanita Ndahimananjara.
L’augmentation des revenus de la population locale  dans les zones côtières prioritaires est un souci pris en compte.

Tsiry Razafindrazaka