Coup de pouce. Cinquante femmes identifiées dans quelques fokontany d’Anta­nanarivo, issues d’un milieu vulnérable et avec un niveau faible d’instruction, vont béneficier du soutien de l’association  »Agir pour le Développement Durable et l’Économie Verte à Madagascar »(ADDEV Mada­gascar). Une convention a été signée dans ce sens, hier entre Mamy Rakotondraibe, Michaela Pawliczeck, respectivement président et secrétaire exécutive d’ADDEV Madagascar, et Mervyn Mobbeeboccus, directeur général de Ecologik Mada Sarlu.
L’objectif est de mettre en place une chaîne de valeurs pour la collecte des  déchets. « Nous avons expliqué le projet, puis nous avons demandé aux femmes interessées de venir. Tout est avant tout question de volonté. Nous voulons d’abord les responsabiliser », explique  Michaela Pawliczeck.

Alphabétisation
Les femmes bénéficiaires collectent les déchets auprès des entreprises membres d’ADDEV Madagascar, situées dans les fokontany d’Ivandry, Ankorondrano, Antsahavola, Analakely, Ankadivato et Ambanidia. Ces entreprises fournissent les déchets qui seront collectés par les femmes bénéficiaires du projet et qui les acheminent vers l’entreprise de recyclage Ecologik. Cette dernière reprend les déchets, en les achetant au kilogramme.
La démarche nécessitera divers appuis spécifiques comme l’apprentissage à l’alphabétisation assurée par Teach For Madagascar, la formation active dans la collecte et le tri des déchets, la formation active en gestion entrepreneuriale assurée par le cabinet d’audit Tsaratombo.
Ce projet d’ADDEV Mada­gascar est financé, pour une grande partie, à hauteur de 25 000 dollars canadiens (62,5 millions d’ariary) par le Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL). L’accord de partenariat prévoit la création de cent emplois au cours des six mois que durera le projet.
L’activité du recyclage des déchets, structuré et formalisé, en est encore à ses balbutiements à Madagascar. L’ADDEV croit au potentiel économique et ecologique de la filière. « Ce projet contribuera à la création d’emplois verts et d’une économie circulaire et solidaire et à l’assainissement et l’hygiène au sein des fokontany et des entreprises », affirment les membres de l’association.

Rondro Ramamonjisoa