Les auteurs principaux du meurtre doublé d’enlèvement, une fille de 15 ans et un garçon de 12 ans se sont fait cueillir à Ambohitrarahaba, mardi à 21h.

Deux mineurs, une fille de 15 ans et un garçon de 12 ans, auteurs du crime qui s’est produit à Andohavary-Ambohitra­rahaba, mardi ont été arrêtés dans la nuit de mardi. Une femme de ménage âgée de 16 ans, la tête pensante du cambriolage, meurtre et rapt à Anosiala, dans le district d’Ambohi­dratrimo est activement recherchée. Elle a été employée dans la villa où s’est déroulé le drame.
Depuis mardi, la gendarmerie nationale (GN) affirme ne pas avoir encore reçu de nouvelle d’elle. Sa photo devrait pourtant être enregistrée dans la mémoire du téléphone de la victime décapitée pris sur ses deux complices. « Elle se prenait en selfie avec nos enfants avant de nous quitter, dimanche », ont souligné les parents des enfants.
La ménagère a poussé ses deux mercenaires à arracher les yeux de la victime. Elle pensait que cela rendrait difficile l’autopsie et leur pistage, d’après les explications du même interlocuteur. Un braquage prémédité était à l’origine de cet assassinat. Les locataires de la villa y ont laissé seuls leurs enfants lorsqu’ils sont partis au travail.
« Leur fils a été attaché, charcuté et décapité alors qu’il tentait de dissuader les bandits en pleine opération de casse », raconte le commandant Herilalatiana Andria­nari­saona, chef de service de communication et des relations publiques (SCRP) de la GN.
Le cerveau de l’affaire a abandonné les assassins et s’est évanoui dans la nature après la décapitation de l’enfant. Les tueurs sont partis ensuite la chercher à Anosiala en amenant avec eux la sœur de la victime et un pactole de douze millions huit cent mille ariary, vingt-quatre mille dollars, un téléphone et des bijoux en or.

Avisé
L’argent volé a été récupéré et remis à son propriétaire. La fillette enlevée, Hiancy Razafindrazaka, âgée de 5 ans a été abandonnée  à Ambohitsimeloka, dans le fokontany d’Anosiala, district d’Ambohidratrimo où elle a été retrouvée saine et sauve. Elle a raconté à la gendarmerie locale tout ce qu’elle a vécu durant cette scène macabre. « Cela a rendu facile l’identification des assassins à part les prélèvements d’indices et d’empreintes par la section de recherche criminelle, ainsi que le flair du chien pisteur de la brigade cynophile d’Ivato », a précisé le commandant Herilalatiana.
Les deux présumés criminels ont été placés en garde-à-vue dans la brigade d’Ankadikely. Le colonel Ravoavy Zafisam­batra, commandant de groupement de la gendarmerie dans la région d’Analamanga a évoqué, hier, dans une conférence de presse à Anka­dilalana que ces mineurs seront renvoyés au parquet dès que l’enquête sera terminée. Des avis de recherche sont en cours de traitement et seront lancés pour capturer la dernière suspecte.

Hajatiana Léonard