Hamy Ratovo continue à séduire les cinéphiles internationaux. À travers son film « Antananarivo tiako ianao », il voue un amour intarissable pour son pays natal.

Un vibrant hommage à la ville des Mille, mais surtout au courage et à la persévérance de sa population. « Antananarivo tiako ianao » est une petite perle de court-métrage qui encense, depuis le début de cette année, la renommée du septième art national partout où il se découvre. Réalisée par Haminiaina Ratoavoarivony ou Hamy Ratovo, cette œuvre d’une durée d’un quart d’heure relate, à travers une vision objective, les événements socio-politiques de 2009. Entre fiction et réalité, « Antananarivo tiako ianao » convie ses spectateurs à une épopée trépidante dans les méandres de la métropole de la Grande île, bercée par la tourmente d’une crise.
Depuis le début de l’année, le film enchaîne les festivals internationaux et affiche un septième art contemporain en plein épanouissement, partout où il se présente. Après le Festival panafricain du cinéma et de la télévision d’Ouagadougou (Fespaco) au mois de mars, le court-métrage concourt actuellement au Festival des films d’Afrique en Cologne en Allemagne, depuis hier jusqu’au 1er octobre. « Il importe de faire entendre notre voix à travers cet art qu’est le cinéma sur la scène internationale », souligne Hamy Ratovo.

« Une grande aventure »
Après l’Allemagne s’ensuivra un passage à la 17e édition du « Festival image et vie » au Sénégal, qui aura lieu du 7 au 11 octobre où il est aussi en compétition. Le périple du film se clôturera lors de la 17e édition du Festival des cinémas d’Afri­que, « Lumières d’Afrique » de Besançon en France du 11 au 19 novembre. Avec un synopsis évocateur d’un périple trépidant dans la capitale, « Antananarivo tiako ianao » se déroule dans un contexte politique tendu, où des émeutes éclatent, faisant de nombreuses victimes.
Dans la mêlée, un réalisateur, menacé de censure et incité à l’exil, a été contacté par une journaliste locale pour couvrir les manifestations et immerger le public à ses côtés. Scénariste, réalisateur et acteur à la fois, le cinéaste Hamy Ratovo s’est toujours plu à faire voyager les férus du septième art dans la Grande île. Depuis son film « Malagasy mankany », il a mis un point d’honneur à louer le folklore de la société malgache, de même qu’à retranscrire en images l’optimisme de sa population. Un parcours qui conjugue avec brio son cursus, puisque Hamy Ratovo est un diplômé en sociologie, avant de poursuivre des études en cinéma dans l’Hexagone.
« Antananarivo tiako ianao » est co-réalisé par Marion Guichard et Fenasoa Lova, s’affirmant pour Hamy Ratovo comme une œuvre cinématographique intimiste également. Par ailleurs, l’association d’action humanitaire à Mada­gascar (Amadea) animera également dans le cadre du Festival des cinémas d’Afri­que, « Lumières d’Afrique » ainsi que l’animation « Écran blanc » qui sera exclusivement consacré à Madagascar pour l’occasion. Le film documentaire « Songs for Mada­gas­car » du réalisateur César Paes y sera aussi projeté.

Andry Patrick Rakotondrazaka