De belles paroles doivent être accompagnées de beaux actes. Tel est l’intérêt de la 23e Conférence des parties (COP) qui se tient en Allemagne actuellement. 

Le ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, Johanita Ndahimananjara représente Madagascar à la 23e Conférence des parties (COP) à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique.  La COP 23, qui se déroule depuis lundi, à Bonn en Allemagne, doit décider des mesures très concrètes concernant  les accords de Paris (COP 21) de 2015. Ces mesures soulignent en clair qu’il faut rester sous 2°C de réchauffement  et qu’il est primordial que les émissions de gaz à effet de serre commencent à baisser  à partir de 2020.
Interviewée par une presse en ligne congolaise qui traite de l’environnement et des changements climatiques, la ministre Ndahimananjara semble avoir bien répondu aux questions qui lui ont été posées sur les engagements de la Grande île suite aux accords de Paris. « Des actions d’adaptation sont menées afin de renforcer la résilience de la population par rapport aux impacts appréhendés des changements climatiques et à diminuer les vulnérabilités sociales, économiques et environnementales » a-t-elle dit entre autres. « Et les actions sont portées par les communautés de base et les collectivités territoriales décentralisées. Les projets de création des centrales solaires font partie des pistes à explorer pour atteindre les objectifs » a-t-elle ajouté.

Financement climatique
On apprend de par ses déclarations que d’ici 2030, le taux de déforestation sera réduit de moitié, permettant une réduction de 15% des émissions de GES du secteur forestier. La superficie du couvert forestier sera augmentée de 15% pour atteindre 17% du territoire national  soit
9,7 millions d’ha, et ce à travers le reboisement et la restauration des forêts dégradées. Madagascar souhaite alors la mise à disposition de ressources financières. « En terme de financement, de renforcement de capacités et du transfert de technologies, nous sollicitons l’élaboration d’une feuille de route sur le financement de 100 milliards de dollars, en tant que financement climatique pour les pays en développement ainsi qu’une prise en compte de la différenciation entre les pays développés et les pays en développement ». De belles annonces en attente de concrétisation, du moins jusqu’à la COP 24 qui se tiendra en Pologne.

Mirana Ihariliva