Des arguments sont avancés pour expliquer la hausse des prix du riz. Plusieurs mesures sont prises, mais la denrée continue de flamber.

Complexe. Baisse de la production, spéculation de certains opérateurs, rétention de stock, aléas climatiques… la liste pourrait être longue pour expliquer l’actuelle flambée des prix du riz. Il en est de même concernant les mesures prises, pour ne citer que la réunion avec les opérateurs, l’importation d’une grande quantité de riz, la répression, l’appel à la citoyenneté…
Pas plus tard qu’hier, une rencontre entre les principaux acteurs de la filière riz, allant des importateurs aux détaillants, a été organisée par le ministère du Commer­ce et de la consommation afin de trouver des solutions au problème. Il s’en est suivi, l’après-midi, une réunion au niveau de la Primature pour concrétiser les mesures à prendre à partir de ce jour.
Dans son communiqué, la Primature annonce le renforcement des contrôles de prix ainsi qu’un suivi de la traçabilité de cette denrée depuis les importateurs jusqu’aux détaillants. Toutefois, les faits sont indiscutables. Les consommateurs paient le prix fort. En décembre 2016, le kilo s’achète entre 1 700 et 1 800 ariary. Actuel­lement, cette denrée frôle les 2 500 ariary.
De 1983, 1993-1994, à 2004-2005, le prix du riz a connu une flambée rapide comme c’est le cas actuellement. Chaque République a dû affronter un problème similaire et a proposé des solutions plus ou moins efficaces. Simple coïncidence ou explication plausible, ces vagues de hausse correspondent à la sortie de nouveaux billets, notamment l’apparition de la nouvelle grosse coupure. Il est ainsi permis de déduire que la hausse actuelle des prix tire en partie ses sources à la surliquidité, d’autant que les anciens et les nouveaux billets circulent en même temps.

Spéculation
Dans cette logique, les prix du riz dans les régions connues pour les cultures de rente comme Sambava, achètent cette denrée au prix fort.
L’hypothèse de la spéculation n’est pas à écarter. Il n’y a pas de pénurie de riz à Madagascar. On peut trouver, dans les marchés, toutes les variétés aussi bien locales qu’importées. Sur le marché international, le prix du riz se stabilise autour de 12 dollars le quintal, depuis le mois de janvier. En revanche, les prix des variétés locales n’ont pas cessé d’aug­menter depuis le mois de février. Le 24 janvier, au cours d’une conférence de presse, Armand Tazafy, alors ministre du Commerce et de la consommation, a annoncé qu’on n’a pu récolter que 20% de la production à cause du manque d’eau. L’importation est la seule solution pour satisfaire la demande.
L’annonce a fait l’effet d’une bombe car, deux semaines plus tard, on a pu lire dans les colonnes de l’Express de Madagascar que ces derniers temps, le prix du riz sur le marché de la capitale augmente de jour en jour. Le kilo de cet aliment de base des Malgaches a même dépassé la barre de 2 000 ariary dans certaines localités.. Ainsi, en plus des aléas climatiques, les spéculateurs se sont servis de cette annonce pour dissimuler leur stock de riz.
Aliment de base des Malgaches, ceux qui détiennent le contrôle du riz détiennent le pouvoir. La non maîtrise de son prix est un argument irréfutable pour discréditer les tenants du pouvoir. Didier Ratsiraka, dans sa révolution socialiste, y a laissé des plumes quelques années plus tard.
Il en est de même pour le défunt , le Pr Albert Zafy. Les hypothèses sont multiples, mais le gouvernement a intérêt à se défaire de ce nœud gordien.

Andry Rialintsalama