La biodiversité unique de Madagascar est un réel atout pour le tourisme et l’économie du pays. Un atout constitué de méga hot spot de faune et de flore que nous avons intérêt à protéger et à conserver car elle permet de booster l’écotourisme. Le terme durable qui s’y associe rime avec le développement de l’économie lequel implique la création d’emplois et génère des revenus. « Le contraste entre la richesse naturelle et la pauvreté indique que l’homme dépend énormément des ressources naturelles qui l’entourent. S’il les épuise, cela signifie destruction. S’il ne nous reste rien, il nous sera impossible d’attirer les visiteurs », avertit Gérard Rambeloarisoa, directeur exécutif de la Fondation pour les aires protégées et la biodiversité de Madagascar (Fapbm).
Les valeurs numéraires engendrées par l’écotourisme augmentent ainsi la caisse du tourisme de manière formelle par le biais des tours operators, des guides, des hôtels et restaurants, du prix d’entrée dans les parcs nationaux, des locations de véhicules, de l’artisanat.
Le développement du tourisme scientifique enregistre aussi une affluence des chercheurs qui versent des droits aux recherches. D’ailleurs, la célébration de la journée internationale de la Biodiversité ayant pour thème « Biodiversité et tourisme durable » aura lieu le 22 mai. Le programme de commémoration commencera le 20 mai, se poursuivra avec la visite de l’aire protégée d’Ambohitantely le 21 mai et s’achèvera le 22 avec un jeu concours Questions pour un cham­pion à l’École normale supérieure d’Antananarivo.

Farah Raharijaona