Le comité central du FFKM demande que les décideurs prennent en compte les recommandations de l’église et agissent en conséquence. Il suggère un changement radical des méthodes de gouvernance étatique.

Un changement radical. Le ver­dict de la résolution de la 40e réunion du comité central du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), a été sans appel. « La gestion des affaires étatiques nécessite un changement drastique », indique l’organe décisionnaire du Conseil dans la conclusion de sa déclaration lue dimanche, à Antsirabe et publiée hier.
Comme les autres entités et autorités religieuses ces derniers mois et même ces dernières années, le comité central du FFKM est cash dans son appréciation de la conjoncture nationale. Que ce soit sur le plan confessionnel, en passant par les affaires nationales, l’insécurité, l’insécurité ou encore, le climat des affaires, il dresse un sombre tableau de la situation.
« Plusieurs alertes ont déjà été lancées depuis les 38e et 39e réunion du Comité central. Il semble, pourtant, que le FFKM prêche dans le désert », déplore la déclaration faite à l’issue de la réunion d’Antsirabe. Cette fois-ci, cependant, la résolution de la 40e réunion demande aux tenants du pouvoir d’agir par rapport aux faits dénoncés. La déclaration requiert même de l’État, de fournir des données concrètes permettant l’évaluation de leur réaction.
« L’église étant prophète, le FFKM se doit de dire les maux qui rongent le quotidien de la population (…) Face à la situation qui prévaut actuellement, nous demandons aux tenants du pouvoir d’écouter avec humilité, la voix de l’église même si elle peut faire mal. De rechercher les solutions idoines accompagnées d’éléments permettant d’évaluer la concrétisation des actions », soutient le comité central du Conseil œcuménique.

Refondation
Les actes blasphématoires contre l’église, ou encore, la non réalisation des résolutions de la démarche réconciliatrice conduite par le FFKM, sur la base des 4 F (vérité, reconnaissance des torts, repentance et réconciliation), en 2015, ont été entre autres, pointés du doigt dans la déclaration d’Antsirabe. Pour le comité central du Conseil œcuménique, les maux qui rongent la société comme l’insécurité, la corruption, les injustices et l’incivisme qui règnent actuellement sont dus à la non concrétisation des résolution de la réconciliation nationale basée sur les 4F.
Incontournable dans les débats sur la conjoncture nationale, le comité central du FFKM épingle également, l’insécurité chronique qui enfoncerait un peu plus la population dans la pauvreté car, limitant les capacités de production. L’église égratigne par ailleurs, les tenants du pouvoir sur l’absence de transparence dans les accords commerciaux conclus par l’État. Une situation qui pourrait entraîner un surendettement des générations futures, pourtant, argue la déclaration d’Antsirabe.
Pour le comité central, la politique d’investissement, entrepreneuriale et industrielle de l’État donne la part-belle aux étrangers. La déclaration ajoute que ce sont les étrangers qui bénéficient des aides et facilités tandis que le Malgache reste sur la touche. Dans ses remontrances, l’instance décisionnaire du FFKM, recadre du reste, le pouvoir sur le verrouillage des médias publics, faisant en sorte que la population n’ait que des informations à sens unique.
Outre le coup de semonce sur le fait de priver les citoyens du droit à une information diversifiée et une diversité d’opinion, la 40e réunion du comité central du FFKM dénonce aussi, l’opacité dans l’usage des deniers publics ». Il y est soutenu ainsi que « du fait de cette absence de transparence, il y une confusion entre l’utilisation de l’argent public et les actes d’un parti politique. Étant donné la conjoncture, la résolution d’Antsirabe qui veut un changement drastique de la gouvernance étatique propose, entre autres, de s’atteler à la refondation.

Garry Fabrice Ranaivoson