« Prospérité partagée ». Selon Hery Rajaonarimam­pianina. C’est l’objectif de sa vision de l’émergence de Madagascar. Durant une conférence qu’il a donnée à l’hôtel Calypso, à Toamasina, hier, le chef de l’État s’est fixé comme deadline de l’émergence de Madagascar pour l’horizon 2030.
Dans son exposé devant les opérateurs économiques de la ville du Grand port, le locataire d’Iavoloha a indiqué qu’il a nommé son projet d’émergence « Fisandra­tana 2030 », martelant que la reconstruction du pays ne se fait pas en un jour. Le Président « estime que la mise en œuvre d’un plan de croissance pour le pays nécessite dix ou douze ans ». L’objectif  annoncé par  Rajao­narimampianina dans son plan d’émergence est de parvenir à une croissance à deux chiffres.
Selon ses explications, ce serait dans cette optique de l’horizon 2030 qu’il aurait décidé de casser avec sa promesse de mettre un terme au délestage en trois mois, préférant les solutions durables à celles ponctuelles.
« Au clientélisme politique, j’ai préféré les projets structurants et durables. C’est pour cela que j’ai décrété la transition énergétique pour réduire les coûts de production, dans un premier temps, et mener vers le basculement à l’énergie renouvelable », a-t-il indiqué.
À entendre le chef de l’État, le secteur privé est « la cheville ouvrière du développement », dans son plan d’émergence de la Grande île. « Nous allons bâtir une économie où le système est favorable au secteur privé », a-t-il ajouté. Pour Hery Rajaonari­mampianina, l’atteinte des objectifs de l’horizon 2030 qu’il s’est fixés passe aussi, par l’effectivité de l’autorité de l’État.
Il a ainsi, mis l’accent sur la nécessité d’avoir des institutions, des organes de contrôle, ou encore des instances décentralisées et déconcentrées fortes. À cela s’ajoute l’efficacité du gouvernement.
« À la base, il y a l’efficacité du gouvernement qui est très importante », a déclaré le président de la République. Il affirme, par ailleurs, que la stabilité est « une nécessité », pour le « Fisandratana 2030 ». À Hery Rajaonari­mampianina de marteler que « nous avons besoin de stabilité. La base de la dynamique d’émergence est l’ambition collective. Nous sommes sur une pente ascendante, il faut qu’on y reste parce qu’on ne peut plus se permettre de sacrifier notre pays. Préservons les acquis ».

G.F.R.