Retour sur la table des négociations pour le comité officiel en charge de la célébration du Nouvel an malgache, hier. Les acteurs culturels, astrologues, enseignants chercheurs, historiens et dignitaires traditionnalistes, « Tanga- lamena » ou « Olo-be», « Ampan- jaka » ou autres « Zanak’ampie-lezana » originaires des autres régions se sont donné rendez-vous dans la salle George Andriamanantena de la Bibliothèque Nationale. Des retrouvailles qui font suite à la conférence d’il y a tout juste un mois de cela, pour convenir d’une date.
Un sujet qui continue de  diviser alors que cette célébration vise à fédérer et à honorer les vraies valeurs de la culture malgache. Ceux présents lors de la conférence d’hier ont confirmé la célébration au début du printemps au mois de septembre. « Ce qui importe c’est de raviver cette flamme fraternelle qui anime notre esprit patriotique. D’autant plus qu’il n’y a jamais eu d’appropriation par une entité ou une autre de cette célébration, même si elle toujours en rapport avec l’Alahamadibe, propre à l’Imerina. De ce fait, pour mieux nous solidariser, il importe de discuter d’une date commune», a affirmé le Tangalamena Patrick Zakariasy, menant une fois de plus le débat. De son côté, le « Trano Kolotoraly Malagasy» représenté par David Rakoto, tient quand même à célébrer le Nouvel an malgache le 28 mars au Kianjan’ny Kanto, Mahamasina.

A. P. R