Événement d’envergure nationale ayant une portée internationale, « Miss et Mister Malagasy » se redécouvre sous un nouveau jour en valorisant la beauté malgache en Europe.

Une ode à la grâce et au charme de la gent féminine et masculine de la Grande île. Voilà déjà sept ans que le fameux concours « Miss et Mister Malagasy » émerveille la scène culturelle de la beauté de ses concurrents. Un événement, qui, au, delà de nos frontières, notamment dans l’Hexagone, illustre et représente fièrement la splendeur du pays, et ce, à travers l’image émérite que diffusent ces filles et garçons privilégiés par la nature. Parmi ses plus incontournables porte-étendard, on se rappelle, entre autres, d’Emily Rajaobelina, elle qui fut la toute première Miss Malagasy en 2010, représentant Toamasina.
Fort de ce même élan qu’il avait à ses débuts, « Miss et Mister Malagasy » se redécouvre à travers sa nouvelle édition à la fin de cette d’année. Elle s’ouvre plus à la scène européenne et entend fédérer les concurrents de toutes les diasporas malgaches à travers l’Europe. Arpentant ainsi depuis le début de l’année, les routes du vieux continent, le comité d’organisation de ce concours de beauté d’exception a déjà entamé les premiers castings dans plusieurs villes de l’Hexagone notamment, à Montpellier, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Grenoble, Marseille, Nice, Reims, Nimes, Bourges et Strasbourg, mais aussi dans plusieurs pays voisins, en Italie, Allemagne, Suisse et enfin Russie.

« Un joli bouquet »
À l’heure actuelle, les présélections sont en cours de la part d’un jury de personnalités malgaches professionnels de la mode, de la musique, du mannequinat et de la photographie. En tout, vingt-huit candidats sortiront du lot pour la grande finale de « Miss et Mister Malagasy », à savoir quinze hommes et treize filles. Les candidats qui sont majoritairement des étudiants, âgés de 17 à 25 ans, ont tous comme point commun des origines malgaches confirmées de leurs parents.
Jay Sam, initiateur du concours depuis ses débuts, d’affirmer « Parmi leurs plus grandes difficultés, réside le fait que la majorité ne parle pas du tout la langue malgache. Ainsi, il nous importe le temps de ce concours, de leur inculquer les valeurs culturelles de notre pays, mais surtout de s’imprégner de la poésie de notre langue maternelle à travers des encadrements ».
La grande finale de ce fameux concours de beauté se tiendra dans la soirée du 18 novembre dans la ville Lumière, capitale de la France. Pour l’occasion, le drapeau malgache flottera dans toute sa splendeur sur un grand bateau longeant la Seine, où se déroulera la finale face au public. Baptisé « Soirée de la Grande île », la finale de « Miss et Mister Malagasy » sera su-blimée par la prestation de plusieurs artistes nationaux, à savoir des chanteurs, danseurs et autres artistes de mode. Les lauréats représenteront Madagascar pendant un an et gagneront un voyage, dont sans aucun doute un voyage d’initiation, à la découverte de leur pays d’origine.

Andry Patrick Rakotondrazaka