Une convention tripartite a été signée hier visant la crédibilité des concours, une série de mesure engage les parties prenantes.

Concours verrouillés. Les candidats à bras longs ne règnent plus en maîtres. Le recrutement d’élèves-officiers est régi par une convention tripartite entre le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), le ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’administration de fonction, du travail et des lois (MFPRATLS) ainsi que le ministère de la Défense nationale (MDN). Pour la troisième année consécutive, la convention entre les trois ministères a été renouvelée. « Pendant ses trois années de mise en œuvre de cette convention, nous n’avons pas reçu de réclamations ni de plaintes concernant les concours d’entrée aux écoles de formation militaire », se félicite le général de corps d’armée Béni Xavier Rasolofonirina. L’objectif étant l’amélioration et la crédibilisation de toute l’organisation, pour aboutir à un concours exemplaire avec des résultats fiables.
À l’instar des autres concours administratifs, le Bianco assiste les organisateurs dès la phase préparatoire jusqu’à la publication officielle des résultats. « Les récalcitrants trouvent toujours des moyens pour contourner les règles établies. Ainsi, les défaillances identifiées sont corrigées à chaque convention », explique Jean Louis Andria­mifidy, directeur général du Bianco. Il a cité comme exemple la conception des sujets.
égalité des chances
Dans les mesures précédentes, les concepteurs de sujet sont fixés au nombre de dix. Chaque concepteur a un délai de quinze jours pour produire dix sujets. Toutefois, ils n’arrivent pas à fournir les dix sujets en quinze jours. « Ce genre de détail a été corrigé dans la présente convention », continue le directeur général du Bianco.
Des milliers de jeunes, répartis dans six centres d’examen concourent chaque année pour une soixantaine de places. Censées recruter les meilleurs, l’intégration des écoles de formations militaires est réputée corrompue par le système de quota. Lors de la cérémonie de signature de la convention tripartite précédente, le général de corps d’armée Béni Xavier Rasolofonirina n’est pas allé par quatre chemins pour dénoncer le système de quota hiérarchique ou régional. Cette convention permettra, à en croire les signataires, de favoriser l’égalité des chances entre les candidats pour les prochains concours.
Pour l’année 2017, le MDN recrute soixante élèves-officiers d’Active. Six places sont ouvertes pour les femmes civils ou gendarmes. Les enfants de troupes issus du SEMIPI de Fianarantsoa auront vingt-quatre places. Par ailleurs, trente places sont disponibles pour les civils, militaires et gendarmes  de sexe masculin. Les épreuves se dérouleront le 21 au 25 août 2017 dans les six centres à savoir Antananarivo, Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina et Toliara. Que les meilleurs gagnent.

Andry Rialintsalama