Le sursis à exécution de l’élection d’un des membres du CSM a été rejeté par le Conseil d’État. En attendant le procès au fond, des magistrats ont épanché leur frustration.

Injustice. Le mot a été sur les lèvres des magistrats qui ont assisté à l’audience d’hier, au Conseil d’État, au siège de la Cour suprême à Anosy. Il s’agissait de l’enrôlement de la requête en sursis à exécution et en annulation de l’élection du magistrat Arlème Lebon Rabevahiny, au Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Un recours fait par le magistrat Firiana Ranesa.
« La justice a tranché. Il fallait le faire pour dénoncer ce qui ne va pas », a déclaré Firiana Ranesa, à l’issue de l’audience d’hier. Le premier verdict du Conseil d’État est le rejet de la demande de sursis à exécution. Bien que la Cour administrative doive encore statuer sur le fond du dossier, la plupart des magistrats présents ont laissé éclater leur frustration et leur incompréhension face à la plaidoirie du commissaire de la loi qui, selon l’un d’eux, permettait déjà d’anticiper la décision. Mais aussi, la tournure du procès.
« Si entre nous, nous osons nous traiter ainsi, qu’en est-il du simple justiciable », a déploré un autre juge. À l’écoute des arguments du commissaire de la loi, certains n’ont pas pu s’empêcher de chuchoter leur grogne en pleine audience. « Lorsqu’il y a une injustice, il faut la dénoncer. Nous sommes en face d’une inégalité de traitement. Je n’ai rien contre la personne, seulement, pourquoi des candidatures similaires ont elles été rejetées et la sienne retenue ? », furent entre autres les propos qui ont été dits, hier, en marge de l’audience au Conseil d’État.
La raison de la requête du juge Ranesa est que son collègue n’a pas rempli l’une des conditions pour être candidat au CSM, qui est d’avoir accompli au moins huit années de service effectif au sein de la magistrature.

« Plus jamais ça »
En réponse à un recours formulé devant elle, la Commission chargée de l’organisation de l’élection a indiqué que trancher sur ce point ne relève pas de ses attributions.
Le juge Rabevahiny, a été élu au titre des juges en détachement, mis à disposition ou en service auprès de la Chancellerie et de l’Éco­le nationale de la magistrature (ENMG). Dans les travées de la Cour suprême, hier, il a été pesté : Comment la commission peut elle se dire incompétente pour trancher sur pareil contentieux alors qu’elle a été en charge de l’enregistrement ou du rejet des candidatures. Pourquoi a-t-elle accepté cette candidature, en particulier, et rejeté d’autres dossiers similaires ?
L’arrêté fixant l’organisation des élections du CSM prévoit que la commission électorale tranche sur les contestations et réclamations relatives au déroulement de la campagne électorale et/ou du scrutin en général. Ne pas avoir rempli les huit années de service au sein de la magistrature car, ayant été en détachement, durant la majeure partie de leur carrière professionnelle, a été la raison du rejet de la candidature de cinq magistrats. Des juges dont les requêtes en sursis à exécution ont été rejetés par le Conseil d’État.
Dans sa défense, hier, le magistrat Rabevahiny, a plaidé pour le fait, qu’étant directeur au sein du CSM, il effectuait des services pour la magistrature, donc, ne sortait pas du cadre de la magistrature. En face, le requérant a tablé sur le fait que le CSM est un organe rattaché à la présidence de la République. Que les magistrats qui y officient en étant directeur, notamment, sont en détachement. Il a souligné qu’un ancien directeur de la direction juridique de la présidence de la Répu­blique, autre organe présidentiel, a vu sa candidature rejetée.
Durant les épanchements d’hier, il a été révélé que des soupçons de malversation, de favoritisme, planeraient autour de l’élection des membres du CSM. Que la disposition relative aux années de service requises, prête à confusion, une fois que certains s’aven­turent dans les inter­prétations. Dans les dénonciations, il a été, également, indiqué qu’il s’agit aussi, de dire plus jamais ça. Qu’il y a des choses à rectifier. Qu’il faut en finir avec l’injustice. Que pareille situation ne doit plus se reproduire. Vu le contexte, la nouvelle équipe du CSM pourrait avoir fort à faire pour fédérer leurs pairs.

Garry Fabrice Ranaivoson