Salle comble pour accueillir le soul man américain, Kenny Wesley, et l’étoile montante du soul malgache, Steph Ramby, dont l’invitation au soul et rnb ont enchanté et ému l’assistance. C’était vendredi, dans la salle du Café de la Gare. Le rendez-vous, «  Masters Duo », fixé dans le cadre de la célébration de la fête nationale française, a tenu toutes ses promesses.  Dans la file d’attente tout le monde s’impatientait, car chacun savait que le mini-concert qui s’ensuivrait, en valait la peine. Soudain, la tension est montée d’un cran : beaucoup de personnes n’ont pas réussi à entrer dans la salle. À l’intérieur, la voix chaude et puissante de Kenny Wesley exprimait toutes les nuances du soul. En tout cas, c’était un plaisir d’entendre sa maîtrise vocale et son énergie, bien épaulée par des musiciens de talent.

Le public a également découvert toutes les facettes harmoniques et expressives de style américain proposé par Steph Ramby, et même si l’on savait que c’était la fête de l’indépendance française, les rythmes de Lionel Richie, Georges Benson, Sting et Billy Joel ont été gravé dans la mémoire du public. Le chanteur, n’a pas oublié d’interpréter les standards américains à l’instar de «  Loneliness », «Change the world » ou encore « Sorry for the stupid » de Baby Face. Steph Ramby  a montré qu’il est devenu un grand monsieur du soul actuel.
Au bout de presque trois heures de show, le public a savouré les émotions de ce spectacle trop rare, et est reparti repu d’un show aussi visuel que mélodique.

Sitraka Rakotobe