Le dépistage du paludisme est quasi impossible dans le district de Brickaville. Le stock des tests de diagnostic rapide (TDR) est épuisé.

Stock épuisé. Les agents communautaires dans la commune d’Anivo­rano-Est Brickaville signalent une longue rupture de stock des tests de diagnostic
rapide (TDR).
« Cela fait cinq mois que nous ne disposons plus de TDR. Nous ne pouvons pas soigner les malades sans être certains de leur maladie, alors nous les référons dans les Centres de santé qui se trouvent à 5 km voire à 12 km de chez nous », rapporte Mariette Baozoma, agent communautaire dans le fokontany Tanambao Sahanivelo Anivorano, hier, dans le cadre du lancement de la troisième édition de distribution de moustiquaires imprégnées, dans la zone ferroviaire de Brickaville.
Ces agents communautaires ont été formés pour la prise en charge du paludisme. Le médecin inspecteur de Brickaville, le Dr Jean Rosa Liva Randriantahina, souligne que cela fait un mois avant le passage du cyclone Ava que cette rupture a eu lieu.
Suite à ce problème d’approvisionnement des TDR, le traitement des malades serait « risqué ».
« C’est par rapport à leurs expériences que les médecins prescrivent les médicaments. Il est préférable d’estimer que c’est du paludisme dont il s’agit, que de penser que c’est un syndrome grippal, et le patient en meurt sans avoir bénéficié des traitements adéquats », explique ce médecin.

Quatre décès
Le taux de prévalence du paludisme commence à augmenter dans ce district, depuis le début de l’année.
« Nous avons enregistré quatre décès depuis janvier. Les victimes sont des enfants. On peut dire que la situation est délicate avec le passage du cyclone Enawo. Aucun cas de décès n’avait été enregistré à l’époque, malgré que le nombre des malades ait augmenté de quinze à soixante par mois », enchaîne le
Dr Jean Rosa Liva Randrian­tahina.
Grâce à la réponse d’urgence post-Enawo menée par le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef), et financée par le Service d’aide humanitaire et de
protection civile de la Commission européenne (ECHO), quarante mille moustiquaires imprégnées ont été distribuées. Le nombre de malades a, par la suite, baissé, selon les responsables de la santé du district de Brickaville. Pour maintenir ce résultat, les ménages des communes les plus exposés au paludisme bénéficieront de cet équipement.
Les responsables du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) au sein du ministère de la Santé publique avancent ne pas avoir été prévenus de cet épuisement de TDR. Ils promettent, par ailleurs, d’en envoyer, dès ce jour.

Miangaly Ralitera