Roulant à tombeau ouvert, un 4×4 n’a pas pu freiner et a heurté de plein fouet  un talus de moellons. Deux de ses occupants ont pas survécu.

Lancé à grande vitesse, un tout-terrain a été pulvérisé par une maçonnerie de moellons au niveau de l’intersection du boulevard de la Francophonie avec la route digue, à la hauteur d’Ambodi­hady. Le bilan fait état de deux morts et d’un blessé grave. Les victimes sont deux frères agés respectivement de 40 et 37 ans. L’un était à la direction de la voiture, et l’autre était assis à sa droite. Le troisième passager a été grièvement blessé et se trouve dans un état critique.
Venant du boulevard de l’Europe, la Toyota V8 a enchaîné sur la RN57A (NDLR: Boulevard de la Francophonie) roulant à tombeau ouvert en direction d’Ambodihady lorsque le pire s’est produit. Dans sa course effrénée, la grosse cylindrée roulait à plus de 140 km/h. Après l’impact, l’aiguille de l’accéléromètre était d’ailleurs coincée à cette vitesse.
Des traces de frein étaient visibles en fin de tronçon, où la ligne droite de la RN57 À se termine dangereusement avec un virage à l’angle en rejoignant la route digue. Au bout, un talus dont la base est renforcée par une maçonnerie de moellons scellés avec du ciment compact guette dangereusement les automobilistes imprudents.

Amas de ferraille
Le chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule alors qu’il roulait à grande vitesse à l’approche de l’intersection. Dans sa course folle, le 4×4 s’est déporté sur l’ ilôt de séparation qui semble l’avoir propulsé dans les airs. Le sillage de gomme brûlée reprend quelques mètres plus loin, où le 4×4 a atterri après un vol plané. Après ces scènes de cascade, le véhicule fou a torpillé le talus.
La Toyota Land-Cruiser a été réduit en amas de ferrailles inextricables. Le bloc avant était littéralement broyé et le moteur comprimé. Le choc a secoué tout le véhicule à tel point que la lunette arrière a volé en éclats. Des roues ont au passage éclaté. Le 4×4 de luxe impliqué dans cet accident était équipé d’airbags qui n’ont pas pu pour autant arracher à la mort l’une des victimes.
C’est la deuxième fois en trois semaines qu’un accident aussi meurtrier se produit sur ce point  rouge dans de pareilles circonstances. C’est à ce même endroit et à une heure presque identique que Berkeley Andriamanarivo et son compagnon pilote d’aviation, ont trouvé une mort tragique lorsque leur Renault Megane II a heurté de plein fouet le même talus.

Andry Manase