L’ouverture officielle de l’atelier de restitution des travaux techniques IGL (Indice de Gouvernance Locale) s’est déroulée, hier, à l’hôtel Carlton sous l’égide du Premier ministre et  ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Olivier Solonan­drasana Mahafaly. Lors d’un entretien avec la presse, le numéro un du gouvernement a déclaré qu’un objectif devait être atteint dans un délai imparti avec les partenaires concernés.
« Les arriérés des subventions dues aux communes doivent être réglés d’ici fin 2018 », selon le Premier ministre.
L’une des manières qui permettraient d’aboutir à ce résultat est la mesure de l’IGL selon certains critères. D’après le directeur général du Fonds de développement local, Hanitra Raharinjatovo, ces critères sont, notamment, l’efficacité des services publics, la transparence des services, ou encore la participation citoyenne. Lors de la cérémonie, un outil d’auto-évaluation a été remis aux communes, pour leur permettre de mesurer en permanence leur propre performance.
Lors de son allocution, le chef du gouvernement a mis en relief l’importance de cet atelier sur la mise en place de la décentralisation effective. « L’objet de cet atelier est de restituer, de faire connaître et de promouvoir l’appropriation de l’outil IGL comme instrument de référence nationale, destiné à mesurer objectivement et de manière participative les progrès accomplis dans la promotion de la gouvernance locale. L’IGL sert à évaluer la performance des communes en matière de gestion des affaires locales », a-t-il expliqué.

Démarches
L’Indice de gouvernance locale est conçu pour décrire, analyser et comprendre la qualité de la gouvernance au niveau des communes avec l’objectif de définir les démarches pour aider les municipalités à adopter les normes de bonne gouvernance et fournir de meilleurs services au public. « Cet outil a été développé et testé par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation sur un échantillon de communes, ce qui a permis l’obtention de score IGL pour les communes d’expérimentation. L’objectif étant ainsi de disposer de ces scores IGL pour toutes les communes de Mada­gascar », a soutenu le chef du gouver­nement.
Différentes entités ont contribué à l’élaboration et à la finalisation de cet outil IGL, à savoir le PREA (Programme de Réforme pour l’Efficacité de l’Administration), la Banque mondiale par le biais du Projet d’appui à la performance du secteur public (PAPSP) et  la Coopération allemande à travers le
Projet de Développement Communal inclusif et de décentralisation.

Loïc Raveloson