Faire connaître le cadrage de la malnutrition. L’Office national de nutrition (ONN) organise hier et aujourd’hui,   à Mahajanga-be, une formation des journalistes locaux. Elle consiste surtout à leur présenter les mille premiers jours de l’enfant et les dangers qui le guette à cause de la malnutrition .
«La malnutrition génère un retard de croissance chez l’enfant et des conséquences irréversibles sur sa vie, mais aussi pour le développement économique et social du pays. La réduction du taux de malnutrition chronique chez les femmes enceintes et les enfants de moins de
5 ans, de 47% à 38% en 2021, est l’un des objectifs du pays face à cette situation dangereuse. Car cela impacte sur la scolarité et la capacité de l’enfant», explique le responsable de la communication de l’ONN, Doda Andriamanantena. À l’heure actuelle, le pourcentage des enfants atteints de malnutrition jusqu’à leur deuxième année est de 45,3% tandis que la malnutrition chronique est de 8 à 9 %.
Les journalistes seront aussi initiés à la multisectorialité et la coordination des activités, l’intervention de base en matière de nutrition spécifique et sensitive. De même, la terminologie de la nutrition est détaillée aux participants. Une projection de films institutionnels et une descente sur le terrain illustrent les deux journées.
La lutte contre la malnutrition implique non seulement le gouvernement, mais aussi les agents du développement, les fondations, les membres de la société civile le secteur privé, la communauté scientifique et les partenaires techniques et financiers.

Texte et photo : Vero Andrianarisoa