Retranchés depuis des années dans les fiefs des dahalo du district de Betroka dans l’Andriry-Nord, quatre cents hommes se sont rendus aux autorités. 

Des redditions qui font tache d’huile. Retran­chés depuis des années dans les dédales de montagnes de l’Andriry-Nord dans le district de Betroka, quatre cents villageois se sont rendus aux autorités le 1er décembre. Cinq dangereux dahalo notoires étaient dans leurs rangs, dont les insaisissables Retsitony et Vona. Deux zébus ont été offerts par le fokonolona et la gendarmerie pour sceller leur retour dans la société.
« Ces individus habitent dans cinq villages de la commune rurale de Kelivaho. Ils  sont considérés comme des margi­nalisés, bannis de la société au point de s’isoler dans les chaînes de l’Anosy, route des troupeaux volés et plaque tournante du trafic de bovidés », lance le lieutenant Théodule Ranaivo­arison, commandant du groupement de la gendarmerie nationale  de la  région Anosy.

Vol d’armes 
« Cette reddition n’est pas fortuite. Elle s’est opérée après une opération à l’arrachée, menée dans l’Andriry-Nord. Une initiative conjointe a permis de rameuter à chaque fois près d’un millier de villageois afin de libérer de l’emprise des dahalo des zones rouges de la commune d’Isoanala. Un affrontement a fait quatorze morts dans les rangs de la résistance lors de la première marche de reconquête. L’opération était sous la houlette des groupements de la gendarmerie de l’Androy et de l’Anosy», poursuit le colonel Théodule Ranaivoarison.
Plusieurs villageois et dahalo retranchés sont revenus parmi les leurs après cette série de reconquête. Une cérémonie a été de ce fait  organisée à Isoanala pour marquer d’une pierre blanche ce retour de villageois rebelles.
Les vagues d’opérations civilo-militaires de reconquête illustrées d’une succession de redditions, ayant réduit d’un cran l’insécurité  dans l’Andriry-Sud, dans la partie d’Isonala sont des éléments déclencheurs de cette réaction en chaîne qui touche aujourd’hui les cinq villages de l’Andriry-Nord, fief des dahalo les plus irréductibles.
Les retranchés de l’Andriry Centre, dont des habitants d’Ianabinda et de Miary Aomby, dans la commune d’Ivahona ont eux aussi annoncé leur réintégration. En guise de bonne foi, ils ont remis au maire trois fusils dérobés.

Seth Andriamarohasina