Une fusillade digne d’un western a fait six morts dans le district de Beroroha depuis une convention collective de désarmement local, le vendredi 5 août.

Coups de feu après désarmement. Un crime ayant des allures de western s’est  produit dans le village de Maromiandra, district de Beroroha. Le bilan s’alourdit depuis samedi 5 août , s’établissant à six morts, et deux  blessés.
Un étranger qui avait une arme en sa possession a fait des tirs en rafale après son interdiction de port d’armes. « Il a rapidement dégainé son arme lorsque les habitants se sont déjà massés autour de lui », a indiqué un témoin. Les trois  victimes sont des membres de Jama qui se charge de la sécurité publique locale, en étroite coopération avec la gendarmerie.
Les informations des forces de l’ordre affirment pourtant que les victimes ont été prises en embuscade par les dahalo qui se sont emparés d’une trentaine de zébus. « Ces Jama sont tombés dans une embuscade », a-t-on appris d’une source au sein de la brigade de la gendarmerie.

Arme suspecte
La foule s’est alors dispersée lorsqu’une rafale a retenti sur les lieux de massacre. Le tireur a immédiatement rangé son revolver et a pris ses jambes à son cou. Il reste jusqu’à présent insaisissable, selon la famille des victimes.
« Après une plainte déposée à la gendarmerie, nous n’avons aucune nouvelle de ce meurtrier. Il court toujours », a indiqué un blessé dans cette fusillade meurtrière. Une série noire pour la commune rurale de Maro­miandra qui en une semaine après le désarmement a connu deux attaques meurtrières à l’arme de guerre .
Les gendarmes ont essayé d’intervenir lors de la fusillade, mais le tireur était déjà hors de portée et s’est évanoui dans la nature.
On a constaté par les douilles utilisées qu’il s’agissait d’une arme de guerre ressemblant à celle des forces de l’ordre. « On peut dire que le tueur a fait usage d’un pistolet mitrailleur et d’un fusil de chasse de calibre douze », a signalé un gendame qui était sur place pour le constat. Ses collègues et lui se sont ensuite lancés à la poursuite des malfaiteurs.
L’assassin et ses trois présumés complices sont activement recherchés dans le district. L’insécurité fait actuellement rage dans cette zone. Les habitants locaux ont en ras-le-bol.

Hajatiana Léonard