Les membres de la Chambre basse et le bureau permanent seraient de nouveau en froid. Une hostilité qui aurait mené certains à brandir la menace d’une destitution des gens du perchoir.

Tendue. Dans les coulisses de l’Assemblée nationale, l’ambiance semble houleuse. Un bruit court dans les travées de l’institution de Tsimba­zaza, depuis hier, concernant le souhait de certains députés à procéder à la destitution du bureau permanent.
« La destitution du bureau permanent est, surtout, une menace que quelques députés ont brandie face à l’attitude de ses membres », a indiqué un membre de la Chambre basse. Selon ses explications, certains élus seraient excédés par le grand écart entre leurs conditions et celles des membres du bureau permanent. La source parlementaire ajoute que l’opacité dans laquelle des membres du bureau permanent gèrent les finances de l’Assemblée est, également, fortement critiquée.
À l’instar des intentions de motion de censure contre le gouvernement, dont une est en train de faire son chemin dans les couloirs de la Chambre basse, la menace d’une destitution brandie contre les gens du perchoir, n’est pas une première à Tsimbazaza. Lors des précédentes tentatives, les avantages des membres du bureau permanent que certains députés estiment excessifs par rapport à leurs conditions et la gestion des finances de l’institution ont déjà été les motifs évoqués.

Recadrage
Une précédente fronde des élus contre le perchoir a amené les questeurs de la Chambre basse à faire un rapport des engagements financiers de l’institution. « En principe, le bureau permanent doit faire un rapport financier lors de chaque session. Seulement, la seule fois où il l’a fait, c’était sous la pression d’une menace de destitution », a déclaré un autre député contacté.
Les critères de sélection des députés à mandater pour les missions à l’étranger poseraient, également, problème. « En général, ce sont toujours les mêmes personnes qui sont désignées, pourquoi ? », s’interroge le député. À l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, est affiché que les débats et le vote du projet de loi de finances 2018, se tiendront aujourd’hui, à partir de 9 heures.
Seulement, selon les informations, la séance qui devrait être plénière pourrait être précédée d’une réunion à huis clos. Selon l’élu contacté, évidemment, nos problèmes avec le bureau permanent sera au centre des discussions.
La tournure de cette séance où les portes de la salle de séance de Tsimba­zaza, seront fermées au public devrait décider du sort de Jean Max Rakotomamonjy, président de l’Assemblée nationale, et de son équipe.
Selon la Constitution, les gens du perchoir de la Chambre basse, peuvent être démis de leurs fonctions respectives de membres du bureau permanent pour motif grave par un vote secret des deux tiers des députés.
Ce prescrit constitutionnel est réaffirmé dans le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. La configuration du bureau permanent à la Chambre basse est, toutefois, l’émanation de l’ancienne Plateforme pour la majorité présidentielle (PMP), échafaudée en 2014, pour éteindre l’hégémonie du Groupe des partisans de Andry Rajoelina (MAPAR), au sein de cette institution.
Les groupes parlementaires Leader Fanilo, TIM, VPM-MMM pro-pouvoir, HVM et des dissidents du MAPAR siègent au perchoir de Tsimbazaza. Une composition qui, mathématiquement, pourrait leur donner une certaine assurance de rester en place.
L’effectif du bureau permanent de l’Assemblée nationale, ne facilitera pas la traduc- tion en acte de la menace de destitution qui implique qu’il faudra un vote favorable des deux tiers des députés.
Aussi, la séance à huis-clos qui pourrait démarrer la journée de travail des parlementaires de Tsimbazaza, aujourd’hui, ne devrait-elle servir qu’à laver les linges sales, un recadrage du bureau permanent. Ce serait, aussi, une occasion de rectifier le comportement de certains députés qui n’ont pas pu s’em­pê­cher d’afficher, hors des murs de Tsimbazaza, leur hostilité mutuelle. Le pugilat entre deux élus a, par exemple, été évité de peu à Sonierana Ivongo, le week-end dernier.

Garry Fabrice Ranaivoson