Les ordures ménagères débordent des bacs à Anala­mahitsy, à Soavimasoandro, à Anosibe, à Andravoahangy et dans d’autres coins de la ville d’Antananarivo. Des agents du Service autonome de maintien de la ville d’Antananarivo (Samva) ont interrompu leurs activités de ramassage des ordures, depuis samedi. Ils réclament l’amélioration de leur statut d’employés au sein de ce service. « Nous devrions bénéficier d’une sécurité sociale et sanitaire. Intégrez-nous en tant qu’employés de longue durée et non plus comme employés journaliers. Cessez de réduire notre salaire chaque fois que nous demandons une permission. Rédigez un contrat de travail si on veut qu’on reprenne notre travail », réclament-ils. Ils ont manifesté au siège du Samva à Ampasampito, hier.

Entente
Dans la foulée, ils ont profité pour demander des équipements de protection pendant l’exercice de leur travail. Ils exigent des bottes, des imperméables, des combinaisons, des gants, des caches-bouches. Cette grève semble, en outre, avoir un dessous politique. Ils réclament le limogeage du directeur fraîchement nommé, et le retour de son prédécesseur.
Cette grève des agents du Samva pourrait compromettre les efforts déjà établis dans la lutte contre l’épidémie de peste dans la capitale d’Antananarivo, si elle se maintient, surtout en cette période où la saison des pluies commence.
Une source auprès du Samva a affirmé, hier, qu’une entente a été trouvée entre les deux parties. « La plupart des revendications ont été plus ou moins satisfaites », explique-t-elle. Les activités auraient repris, hier même.

Miangaly Ralitera