Vol de bœuf transformé en terrorisme et meurtre dans la commune rurale de Maria, sise dans le district d’Antso­hihy. Mardi dernier, sept bandits armés jusqu’aux dents ont tiré sur un propriétaire de zébus. Celui-ci a reçu trois balles, dont deux en pleine tête et une troisième dans le cœur, selon une source locale.
La gendarmerie au cœur de l’enquête atteste que « la victime aurait tenté de riposter, alors qu’il ne pouvait rien faire avec les mains nues, contre des bandits armés ». Les dahalo se sont emparés d’une vingtaine de têtes de zébus appartenant au chef de fokontany qui a également été menacé avec des armes lors de cette attaque meurtrière. Des coups de feu ont retenti sur les lieux et n’ont cessé qu’à quelques kilomètres du village, d’après les explications reçues. Trois soldats pacificateurs des détachements armés de sécurité (Das), se sont alors dépêchés sur place.
Faute de moyen de communication, a précise le maire, l’alerte n’a pu être transmise que vers 13 h. Malgré ce retard, trois éléments du poste fixe de Mahazoma et un médecin se sont rendus sur le lieu de l’assaut.
« Un groupe d’hommes dans le village se sont réunis en vue de renforcer les six éléments des forces de l’ordre pour la poursuite des dahalo », a indiqué un soldat des Das. Ces derniers temps, les voleurs de bœuf s’amusent à terroriser la population dans la commune de Maria dans le district d’Antsohihy.

Hajatiana Léonard