Le bilan est lourd avec huit décès et une trentaine d’hospitalisés. Le ministère de la Pêche prend des mesures pour que ce genre d’intoxication ne se reproduise pas.

Antsiranana a été, pour la  première fois, le théâtre d’une dramatique intoxication alimentaire collective, suite à la consommation de sardinelles, vendues à bon prix dans les différents marchés de la ville. Le nombre des victimes n’avait cessé d’augmenter depuis jeudi minuit et jusqu’avant-hier dans la soirée. Le bilan provisoire a enregistré huit morts dont un enfant, et trente-trois admis pour soins dans les quatre grands hôpitaux d’Antsiranana, douze d’entre eux ayant déjà rejoint leurs domiciles. D’autres victimes de l’intoxication ne seraient pas encore recensées ou seraient prises en charge par d’autres services de santé.
D’après les médecins, il s’agissait d’une intoxication par la consommation d’animaux marins (ICAM). Les symptômes décrits dans le rapport médical correspondent à l’ingestion de ciguatoxine, à savoir « des douleurs abdominales, des crampes musculaire, des vertiges, de la diarrhée, des hallucinations ».

Aides de l’État
Sans tarder, le ministre des Ressources halieutiques et de la pêche, François Gilbert, est  arrivé à Antsiranana, le weekend dernier, pour constater de visu la situation. Accompagné par des autorités régionales, il s’est directement rendu dans les quatre hôpitaux et a apporté des aides pécuniaires à tous les malades victimes de cette intoxication. Puis, il a aussi présenté les condoléances aux familles des décédés. François Gilbert a annoncé que son ministère a l’intention d’envoyer des échantillons de ces sardinelles pour analyse dans un laboratoire à l’extérieur afin d’obtenir des résultats plus concrets, pour que cet incident qui a causé la perte de vies humaines ne se reproduise plus.
« Le ministère a pris en compte des recommandations et surtout des décisions pour faire un suivi rigoureux, surtout en ce qui concerne les pêches, le colportage, et la consommation de ces poissons portant de la toxine, dans le cas d’une ICAM », a affirmé le ministre.
En outre, un task force au niveau d’une cellule de crise continue de sillonner la ville et les marchés dans le but de contrôler le
commerce de poissons susceptibles d’amener à une intoxication. En plus de la sensibilisation médiatisée, des affiches présentant la liste des espèces interdites à la consommation sont placardées partout, dans les marchés et sur les panneaux des bureaux administratifs en particulier.
En fait, cette forme d’intoxication est effectivement bien présente dans la Diana. Ainsi, les mesures à prendre et la sensibilisation sont valables pour tous les districts de la région.

Raheriniaina