À mi-mandat, Jean Luc Désiré Djaovojozara accepte de donner un petit aperçu sur la situation réelle de sa municipalité. 

D’entrée, le maire Jean Luc Désiré Djaovojozara affirme que la commune urbaine remonte la pente malgré un vent de discorde. Il résume ainsi la relation entre le premier magistrat  de la ville et les membres du conseil municipal, qui n’est pas au beau fixe, depuis le début de son mandat. Depuis mai 2017, le conseil muinicipal n’a pas voté le budget  additionnel ni le budget primitif  2018. En outre, de nouvelles intentions de suspension, à travers des interpellations  du maire, se profilent à l’horizon. Tout cela impacte sur la gestion des affaires communales. Les rares conseillers que nous avons rencontrés, n’ont pas voulu commenter, mais confirment ces interprétations qui sont d’ailleurs en notre possession.
« J’ose dire que ma politique n’est  pas celle que l’on pratique  dans cette ville ou, pourquoi pas, dans ce pays. Elle est autre : c’est le respect de la chose publique, alors ceux qui ne reconnaissent pas le  côté sacré de la chose publique, ne doivent pas en faire leur métier ou leur passion. Le peuple nous a mandatés, qu’on ait au moins la décence de l’honorer », explique le premier magistrat de la ville d’Antsiranana.
Il affirme cependant qu’il commence à subir les turbulences, les coups bas. « Maintenant que vous avez pris connaissance des interprétations du conseil municipal, je vais répondre à ces accusations gratuites,  et surtout, et c’est le plus grave, à la méconnaissance par  ce conseil de la gestion publique, allant à la limite de la médiocrité », poursuit-il.

Bilan positif
Côté politique, Jean Luc Désiré Djaovojozara a confirmé qu’il n’a jamais cessé de clamer partout qu’il a été élu à Antsiranana sous les couleurs du Mapar. Apparemment, il n’a pas l’habitude, de par sa conviction politique, de jouer au  caméléon. Mais sans état d’âme, il apportera sans hésitation sa contribution au développement de la nation, du pays et de sa ville, en aidant le gouvernement dans sa mission. Pour lui, être dans une mouvance de l’opposition ne signifie pas refuser de participer à la  reconstruction du pays. Un comportement qui l’a écarté de ceux qui l’ont soutenu lors des communales.
Quoi qu’il en soit, la population commence à voir une lueur d’espoir dans la façon du maire de gérer les affaires courantes de sa ville. Malgré les problèmes, la propreté de la ville réapparait même si le premier responsable et son équipe, ne sont pas encore satisfaits. Les automobilistes roulent en 4e  du sud au nord de la ville, empruntant les nouvelles rues réhabilitées. Les vieilles 2CV ont même repris du service.
Néanmoins, il ne se décourage pas et a dévoilé les neuf projets Padeve qui  débuteront en 2018. Pour lui, c’est le début de la transformation de la ville. Il s’est battu pour les obtenir et n’hésite en aucun moment, à  remercier le gouvernement  pour ce beau geste républicain, pour et au nom de la ville d’Antsiranana .
« Tant que la population n’est pas convaincue à 100%, on ne peut être pas se réjouir. Mais je reconnais qu’un grand effort a été fait. Ma politique est de servir», conclut-il.

Raheriniaina