L’Institut supérieur des infirmiers et  des sages-femmes a sorti sa troisième promotion, dimanche. Les étudiants sont regroupés sous la bannière « Taratra ».

Ténacité, amitié, réussite, amour, responsabilité, aptitude, en un mot Taratra. Un nom  malgache qui pourrait signifier exemple ou modèle. C’est le nom de la troisième promotion de l’Institut supérieur des infirmiers et des sages-femmes (Isisfa) d’Antsiranana. Pour marquer cet évènement majeur, l’établissement a organisé, dimanche, à l’Hôtel de la Poste, une cérémonie qui a rassemblé les nouveaux diplômés, les parents, les enseignants ainsi que des instances dirigeantes locales. Tous ont  été animés d’un sentiment  de satisfaction face à cette nouvelle promotion, composée de cent sept étudiants dont quatre de nationalité comorienne. Ils se répartissent en quarante-sept infirmiers généralistes, quinze techniciens de laboratoire et  quarante-cinq sages-femmes. Leurs études ont duré trois ans.
« Nous sentons vibrer en nous un sentiment d’énorme satisfaction, non pour avoir passé avec succès les trois années d’études et de formation, mais devant la fierté de nos parents, proches et enseignants», commente Marie Minouche Gilbert Vololonandrasana, infirmière généraliste,  major de la promotion « Taratra ».
Comme à l’accoutumée, une série de discours a précédé la remise des diplômes,  lesquels équivalent à la licence, car l’Isisfa pratique déjà le système LMD. Olivier Razafindranosy, directeur fondateur de cette première école paramédicale agréée par l’État dans la région Diana, a saisi l’occasion pour retracer le chemin suivi par  l’institution depuis sa jeune  existence.

Gageure
Après avoir fini ses études dans la capitale, ce fils de la région, malgré le scepticisme des gens, a osé créer une école de formation de paramédicaux dans la région, tout en ouvrant une formation de qualité. Et ce défi a aujourd’hui, porté ses fruits. « Notre objectif n’est pas de faire du business, mais d’aider les jeunes de la région et d’améliorer la santé de la population car il n’y pas de  développement effectif tant que celle-ci ne bénéficie pas de soins efficaces. La formation d’un personnel médical et paramédical est le seul moyen pour l’atteindre », souligne-t-il. D’ores et déjà, il a annoncé la célébration du 5e anniversaire de l’établissement avant  la fin de l’année.
Selon les statistiques, en trois promotions, l’Isisfa a formé plus de 300 paramédicaux, bien armés même s’ils sont encore jeunes. Ils ont fait preuve de volonté et de ténacité. Ils sont tous directement opérationnels et prêts à affronter le monde du travail. Er d’ailleurs, 80% d’entre eux ont trouvé du travail et ceux qui ont continué leurs études, s’en sont brillamment sortis lors des  concours nationaux. Beaucoup d’entre eux envisagent aussi de créer leur propre entreprise. À cet effet, le Dr Zanadaoro, doyen de la Faculté de médecine d’Antsiranana et parrain de la promotion Taratra, a mis en exergue l’importance de l’institut qui permet d’offrir un niveau de soins un peu  plus élevé à la population. Tandis que M. Jafimanjo, le directeur de l’administration générale et du territoire de la région Diana, qui a présidé la cérémonie, a insisté sur le fait que les paramédicaux aident beaucoup
l’État dans l’exécution de son projet axé sur la réduction du taux de mortalité de la mère et de l’enfant. Il a enfin évoqué le bon comportement que doivent avoir les soignants à l’égard des patients.
La fête s’est terminée autour d’un repas convivial.

Raheriniaina