L’organe décisionnaire du FFKM se réunit à Antsirabe. Une résolution sur les affaires œcuméniques et nationales est attendue à l’issue des cogitations. 

Discret. Le Comité central du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), tient une réunion cette semaine, au foyer de la charité à Antsirabe.
À l’issue de cinq jours de travaux et de cogitations, cette instance décisionnaire du FFKM devrait adopter une résolution qui sera la nouvelle ligne de conduite du Conseil œcuménique.
Outre les points concernant la vie œcuménique, des recommandations, voire des prises de position sur les affaires politiques, sociales et économiques de la nation, devraient être mis en exergue dans cette résolution. Un acte qui, sauf changement, devrait être adopté lors de la dernière journée de la réunion d’Antsirabe, soit demain.
« Il est probable que cette résolution ne soit pas immédiatement publiée. Sa publication pourrait être faite, à Antananarivo », indique toutefois, une source proche du dossier.
Cette source ajoute que le comité central du FFKM devrait faire part de son point de vue sur la mise en place du Conseil du fampihavanana Malagasy (CFM), et la démarche de réconciliation nationale qu’elle compte engager.

Écho
Après l’échec relatif des sommets devant jeter les bases d’une réconciliation axée sur les 4F (vérité, reconnaissance des torts, repentance et récon­ciliation), qu’il a organisés en 2015, le Conseil œcuménique s’est gardé d’entrer dans la reprise du processus par l’État.
La nécessité d’une réconciliation nationale est répétée systématiquement dans les homélies et discours des chefs des églises du FFKM. Monseigneur Samoela Jaona Ranarivelo, évêque de l’égli­se anglicane et président en exercice du Conseil œcuménique, lors du culte marquant la fête d’indépendance, le 25 juin, l’a par exemple, rappelé. Seulement, l’église ne semble pas approuver la méthodologie étatique.
« Le processus de réconciliation nationale est supposé apporter une stabilité durable au pays mais, la population a le sentiment qu’on continue de lui confisquer la parole par un cadre biaisé limitatif et non souverain, par une représentation non représentative car, non choisie par le fokonolona », a entre autres, déclaré monseigneur Razanakolona, dans un discours prononcé en ouverture de la journée scientifique de l’Université catholique de Madagascar (UCM), à Ambatoroka, le 9 novembre.
Durant cette allocution, l’archevêque d’Antananarivo a été particulièrement acerbe sur la défaillance des politiciens, de la société civile et même des partenaires internationaux dans la lutte contre la pauvreté. Le chef religieux a appelé les élites et dirigeants à aller vers la population. À ce que les politiques du développement et autres démarches soient faites avec l’adhésion populaire. Lors de son homélie du 25 juin, le président du FFKM a également, demandé aux tenants du pouvoir de se tourner vers la population.
Selon la source contactée, la tendance à Antsirabe serait que la résolution du comité central du FFKM se rapproche ou fasse écho aux déclarations des chefs d’égli­ses et entités religieuses de ces derniers temps. Parmi les thèmes ayant fait l’objet d’une conférence durant le conclave au foyer de charité par exemple, figurent celui sur l’insécurité juridique, l’insécurité foncière et l’insécurité des investissements. Des sujets fréquemment soulevés dans les observations faites par l’église catholique, notamment.
La réunion du Comité central du FFKM se déroule au lendemain de celle de la Conférence épiscopale de Madagascar (CEM). Le recentrage sur la foi, la probité, l’amour de l’autre, le respect de la vie et un patriotisme sincère ont été les maîtres mots du message du CEM. Des indiscrétions avancent que la tenue de la réunion du Comité avant le début de l’année 2018, qui sera une année électorale, n’est pas fortuite. Le Comité devrait également donner son avis sur les prochaines élections à venir, notamment la présidentielle.

Garry Fabrice Ranaivoson