La campagne de vaccination anti-poliomyélite a été reportée dans deux grandes villes. Le ministère est prudent après la folle rumeur sur la peste.

La rumeur sur la peste en filigrane. La campagne de vaccination anti-poliomyélite et la Semaine de la santé de la mère et de l’enfant (SSME) se déroulent sur la majorité du territoire national, depuis hier, sauf dans le Grand Tanà et dans la ville de Toamasina. Elles seront reportées au mois de janvier pour ces deux grandes villes. Cette décision a été inévitable après les folles rumeurs sur la vaccination contre la peste au niveau des établissements scolaires qui ont créé un vent de panique à Antananarivo et dans cette ville de l’Est, en octobre et en novembre. « Des parents pourraient encore en être tétanisés. Cette peur pourrait les inciter à priver leurs enfants de la vaccination», explique le Dr Hanitra José Rabenarison, médecin inspecteur àAntananarivo, hier.
Le ministère de la Santé publique est prudent. Le taux de refus de cette vaccination a été en éternelle baisse depuis la première campagne en 2014. Lors de la 10e campagne, en avril, ce taux de refus a augmenté jusqu’à 39 %. Les agents de ce ministère ont besoin de temps pour persuader cette population urbaine sur l’importance de la vaccination contre la poliomyélite et pour regagner leur confiance.

Refus
Le ministère reconnaît une faille dans la communication. « Nous allons élucider ce sujet de vaccination auprès des parents, avant d’entamer cette nouvelle campagne. Il y aura une journée sans école pour les élèves de moins de 5 ans, pour expliquer à leurs parents ce qu’est la poliomyélite », explique le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé au sein du ministère de la Santé publique.
Il y a du pain sur la planche pour immuniser tous les enfants contre cette maladie paralysante. Dans la ville, des parents sont réticents, dans les zones reculées, les cibles pourraient être introuvables, habitant à plusieurs dizaines de kilomètres d’une formation sanitaire.
Madagascar devra enregistrer près de 100 % de taux de couverture vaccinale, pour la certification de la « Polio free ». Après cette 11e campagne, une 12e s’effectuerait dès le mois de février et jusqu’à l’obtention de cette certification qui libère le pays des maux de ce virus. « Ces vaccinations anti-poliomyélites successives ne devront pas avoir de méfaits. Au contraire, elles permettront le renforcement de l’immunité de l’enfant », assure un médecin.

Miangaly Ralitera