Les habitants d’Anosimasina Itaosy se révoltent contre les coupures d’électricité. Des centaines de personnes sont descendues dans la rue, hier soir.

Ras le bol. La soirée a été très mouvementée du côté d’Anosimasina Itaosy, hier. Les habitants de ce quartier, victime d’un « blackout », depuis samedi, ont démontré, en pleine rue, leur raz le bol. Ils étaient venus en masse: plusieurs centaines de personnes, armées de pierres, de briques, et surtout, de «colère». Ils étaient incontrôlables : jet de pierres sur les voitures et les deux roues qui ont emprunté la route reliant Itaosy et Ampasika, blocage de la circulation, et des pneus brûlés, au milieu de la chaussée.
Les véhicules qui devaient emprunter la route reliant Ampasika et Itaosy, ont dû changer de direction. Les véhicules de transport en commun ont refusé aussi de se hasarder dans cette échauffourée. Leurs passagers ont été obligés de finir à pied leur trajet, à cet instant où il commençait à faire nuit et où l’insécurité est à craindre.

Excuses publiques
Des éléments de forces de l’ordre étaient sur les lieux, mais ils ne pouvaient pas faire grand chose. Ils avaient du mal à disperser les manifestants, ces derniers ont refusé de quitter les lieux tant que l’approvisionnement en électricité n’était pas résolu.
La coupure d’un câble à Anosimasina, aurait été l’étincelle qui a embrasé cette manifestation. « Nous avons enduré les coupures d’électricité depuis samedi à cause de ce câble. Ce jour, un autre câble a été coupé, entrainant la coupure d’électricité sur l’autre partie du quartier. Des techniciens de la société Jirama sont passés, lundi, mais ils n’ont pas réparé la panne», témoignent les victimes.
Un responsable de la société Jirama ne confirme pas cette coupure de câble. « Cette coupure d’électricité est due au délestage et le problème est résolu», dit-il. Des habitants à Anosimasina affirment, pourtant, que dans la partie où les fils sont coupés, le ravitaillement en électricité n’a pas repris, même après le délestage.
La société Jirama réagit devant cette tension qui commence à monter auprès de ses abonnés. Dans un communiqué, elle a réitéré que l’intensification du délestage, actuelle, est due à
« l’absence de pluie dans la localité d’Andekaleka ». Elle s’excuse publiquement auprès ses clients et leur demande de rester « calmes, patients, et de ne prendre part à aucune forme de vandalisme ». Dans ce communiqué, la Jirama précise: « nous sommes en train de mettre à exécution des solutions concrètes face à cette situation et  nos techniciens sont à l’œuvre, jour et nuit, afin d’attenuer ces désagréments ».

Miangaly Ralitera