Fin du parcours pour une bande de trafiquants d’ossements humains. Vendredi, quatre individus allaient conclure la vente de cent quarante-cinq unités d’os longs à Anosibe, lorsque les hommes du Service Central Antigang (SAG) leur étaient tombés dessus.
De source policière, les transactions ont été entamées le 26 juin, lors de la célébration de la fête de l’indépendance. Deux des individus arrêtés se seraient alors rendus dans le Sud, pour se procurer de la marchandise prohibée. Les forces de police les attendaient déjà de pied ferme à leur retour à Antana­narivo, jeudi dernier.
Sitôt débarqués du taxi-brousse, les ossements humains en question auraient été transportés au foyer des suspects à Ambatomaro, avant d’être emportés à Anosibe, le lendemain  pour la vente. Toute la bande était rassemblée lorsque la police l’a cueillie. Des sacoches ainsi que des vêtements dans lesquels étaient dissimulés les ossements, ont été retrouvés sur eux. Les quatre suspects se sont fait piéger par des policiers qui ont opéré sur la base d’informations. Ils seront traduits ce jour devant le Parquet.

A.M.