Le différend foncier concernant le terrain de 15 ha, occupé par des paysans d’Ambohi­tsokina Andranobe, ne cesse de créer des polémiques dans la Ville d’Eaux depuis plusieurs mois. Accusé par ces habitants de bafouer les droits humains et la loi foncière, le maire de la commune urbaine d’Antsirabe, Paul Razanakolona, sort de son silence pour donner enfin sa version.
Il a donc souligné, preuve à l’appui, que ce terrain appartient bel et bien à la commune urbaine mais par respect humanitaire, les autorités municipales ont accepté de ne pas  détruire les constructions de ces squatteurs, ce malgré le bail que la commune a déjà signé avec le groupe Socota qui va désormais exploiter ce terrain.
« Ces gens ont accepté de louer ce terrain et ont même signé des papiers spécifiant qu’ils quitteront les lieux  dès que la propriétaire décidera  de le reprendre. Mais malgré cet accord, aucun d’entre eux n’a jamais payé ce qu’il devait à la commune », a précisé le maire lors d’une interview qu’il a donnée à la presse locale, jeudi dernier.
« Influencés par des politiciens, quelques individus d’une même famille refusent d’abandonner leurs activités sur ce terrain en initiant toutes sortes de manœuvres dilatoires afin de saper l’aspect social au sein de cette communauté d’Andranobe », a encore affirmé Paul Razanakolona.
Il a également mis en avant que plus de 300 personnes bénéficient déjà de la création d’emplois grâce à l’exploitation du terrain, ce sans parler des autres atouts comme la réhabilitation de la route.

Angola Ny Avo