Le gouvernement a reçu une subvention de 45 millions de dollars de la Banque mondiale. Cette enveloppe servira à l’amélioration du climat des affaires et de l’accroissement fiscal. 

Un soutien de taille. La Banque mondiale vient d’accorder, hier, une subvention de 45 millions de dollars. Cette aide vise à soutenir les efforts du gouvernement à renforcer la stabilité des finances publiques et au développement des investissements. Depuis 2014, les autorités malgaches ont engagé une série de réformes pour améliorer le climat des affaires et d’investissement dans le pays. Ces programmes avaient déjà bénéficié d’une enveloppe de 65 millions de dollars, en novembre 2016.
« Ce programme soutiendra l’engagement du gouvernement à augmenter la marge budgétaire pour les dépenses sur les secteurs sociaux et l’investissement public, tout en stimulant davantage la croissance tirée par le secteur privé », a déclaré Coralie Gevers, country manager de la Banque mondiale à Madagascar.
En ce qui concerne, ainsi, la gestion des finances publiques, les efforts du gouvernement portent surtout sur l’amélioration des recettes fiscales, la réduction des subventions, ne profitant pas aux pauvres, et le renforcement des investissements publics. « Les subventions aux carburants ont été éliminées, les transferts à la Caisse des pensions ont été rationalisés et les recettes collectées augmentent », a constaté l’institution de Bretton Woods. Les réformes soutenues dans le cadre de ce programme de deux ans devraient augmenter les recettes fiscales de 0,6% du produit intérieur brut (PIB) et réduire les dépenses qui ne profitent pas aux pauvres de 0,8% du PIB.

Série de subventions
L’octroi de cette subvention budgétaire est le quatrième de ce genre depuis le retour de Madagascar à l’ordre constitutionnel. En 2014, la Banque mondiale a accordé un appui budgétaire d’un montant de 45 millions de dollars, financé par un crédit de l’Association internationale de développement (IDA). Dans l’objectif d’accompagner les efforts de consolidation du retour à l’ordre constitutionnel et fournir un soutien budgétaire au gouvernement afin d’améliorer l’efficacité et la transparence de la fourniture de services publics.
En 2015, un crédit de 55 millions de dollars était accordé par la Banque au gouvernement pour un appui budgétaire destiné à la résilience, dans le but de soutenir le ministère des Finances et du Budget dans ses efforts vers l’efficience et l’efficacité de la gestion des finances publiques. Un moyen d’aider le pays à se reprendre en main. Et l’année dernière, une enveloppe de 65 millions de dollars était débloquée pour l’amélioration du climat des affaires et de l’accroissement fiscal.

Lova Rafidiarisoa