Le lancement officiel du Projet d’agriculture durable par une approche paysage, s’est tenu hier. Ce concept est basé sur la capitalisation du BVPI et du PE3.

Le concept se veut innovant. Le projet d’Agriculture durable par une approche paysage (PADAP) veut augmenter la productivité agricole avec une gestion durable des ressources naturelles dans cinq localités évaluées comme « Paysages » de la grande île. Il s’agit d’accroître l’accès aux services d’irrigation et aux techniques agricoles durables, en renforçant la gestion intégrée des ressources naturelles par les acteurs locaux. Les paysages d’Iazafo, dans le district de Vavatenina  et Soanierana Ivongo (Analanjirofo), Andapa (Sava), Bealanana (Sofia) et Marovoay (Boeny) sont sélectionnés. « Le choix des paysages se base sur la présence de grandes zones irriguées pour la production vivrière, la présence de bassins versants dont l’approvisionnement en eau des zones irriguées est menacé par l’ensablement et enfin par le potentiel de développement économique lié à l’agriculture et à l’amélioration de la conservation des bassins versants d’une manière durable », explique Oliva Rafalimanana, coordonnateur du PADAP.
Le projet, initié par trois ministères, à savoir le ministère en charge de l’Agricul­ture et de l’élevage (MPAE), celui de l’Environnement, de l’écologie et des forêts (MEEF) et le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH), a déjà avancé dans la mise en place d’un Plan d’aménagement et de gestion durable du paysage (PAGDP). Le projet naît de l’union du projet BVPI (Bassins versants périmètres irrigués) du MPAE qui se terminera en février 2018 et du PE 3 (Programme Environnement phase 3) du MEEF.

Acteurs
Quelques trente huit mille individus dont 40 % de femmes en seront les bénéficiaires directs. 14 000 ha de péri­- mètres irrigués et 7000 ha de forêts sous restauration, figurent entre autres, dans les résultats attendus au bout des cinq années de mise en œuvre du projet. « Le PADAP se démarque par l’implication, dès le début, des communautés de base des quarante-cinq communes de ces cinq paysages. Les bénéficiaires comprennent les enjeux d’une agriculture durable et travailleront par eux-mêmes et pour eux-mêmes sans attendre forcément un appui financier », souligne un membre du comité de gestion du projet.
Des aménagements pour le transposage du « Terracing » ainsi que l’amélioration de la filière bovine et la chaîne de valeur riz, le traitement de lavaka en sont, entre autres, les actions à entreprendre. Le PADAP est financé par la Banque mondiale à hauteur de 65 millions de dollars, par l’Agence française de développement pour un montant de 25 millions d’euros et en don de 13 millions de dollars par le Fonds pour l’Environ­nement mondial. « Le développement préconisé est  fondé sur une base solide et durable mais ne se limite pas à la résolution des problèmes ponctuels » précise Johanita Ndahiman­jara, représentant Harison Randriarimanana (MPAE), chef de file du PADAP.

Mirana Ihariliva