Hiary Rapanoelina ira en prison, ainsi en a décidé le tribunal. Il aura, jusqu’au bout, espéré la relâche ou un sursis.

Le verdict est tombé. Hier matin, le tribunal d’Anosy a prononcé son jugement dans l’affaire relative aux ragots propagés sur Facebook. L’artiste Hiary Rapanoelina, principal incriminé dans cette affaire, écope d’un an de prison ferme. Sa femme, accusée de tentative d’enlèvement à l’encontre du fils d’un député, a, par contre, été relâchée. La charge n’a pas été retenue contre elle.
À l’annonce du verdict, la femme de Hiary Rapa­noelina n’a pu retenir ses larmes. La sévérité de la peine prononcée par le tribunal a également  anéanti la famille de l’artiste. Jusqu’au bout, ils ont caressé le secret espoir de voir Hiary Rapanoelina relâché ou tout au moins bénéficier d’un sursis. Certains membres de la famille ont  quitté la salle en apprenant le jugement. Interrogés  sur leurs réactions et leurs futures intentions, à la sortie du tribunal, ils se sont contentés de dire: « La famille va se réunir ».
L’affaire « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy » (ndlr : « ragots visant à améliorer
l’image des pipoles gasy ») a été portée devant le tribunal le 31 janvier dernier.

Apaisement
Selon le procureur Odette Balisama Razafimelisoa, mis à part le député Harijaona Randriari­malala et quelques artistes, d’autres personnes, se sont également portées partie civile dans cette affaire. Diffamation, atteinte à la vie privée, diffusion de conversations privées, et tentative d’enlèvement à l’encontre  du fils  du député plaignant, Telles ont été les accusations portées  contre Hiary Rapanoelina, détenteur  du compte facebook « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy ».  La brigade criminelle est venue arrêter Hiary à Andoharanofotsy le 1er février. Quelques jours plus tard, l’affaire a été porté au tribunal et Hiary Rapanoelina placé en détention préventive à Antanimora.
Le procès a débuté le mardi 28 février. Suite aux excuses publiques prononcées par la femme de Hiary Rapanoelina et de sa famille, les artistes plaignants ont joué la carte de l’apaisement en décidant de retirer leur plainte. Le député a fait de même. Malheureusement pour eux, leur geste n’a  eu aucun effet  sur la décision du tribunal et le procès a quand même eu lieu.
Jusqu’au bout, Hiary Rapanoelina niera les accusations portées contre lui. Les personnes ayant affirmé avoir retiré leur plainte ne sont pas venus au procès. À l’issue des différents
plaidoyers, le président du tribunal a décidé que le jugement sera rendu le 7 mars (ndlr: hier). Hiary Rapanoelina a  encore la possibilité de faire appel  du jugement. C’est un homme particulièrement abattu qui a suivi les gardiens de prison, le ramenant à Antani­mora, à l’issue du procès.

Ranaivoson Faniry