« Attendons le rapport du Bianco avant toute déduction ». Interrogé par la presse samedi, en marge de l’opération Téléthon organisée par son ministère, Ying Vah Zafilahy, ministre auprès de la présidence chargé des Mines et du pétrole, a préféré rester discret sur l’affaire de trafic d’or de Betsiaka.
À peine s’est-il contenté de dénoncer des « incohérences » dans les chiffres révélés par la presse, et de rappeler que la société d’Etat citée dans l’affaire dispose bien d’un permis en bonne et due forme. « Il  n’est pas possible d’obtenir une quantité de 3 tonnes d’or avec 22 mil­liards d’ariary », a-t-il lancé, se référant à l’article publié par un journal local vendredi. « Si l’on fait un rapide calcul mental, cela donnerait 7 400 ariary pour un gramme d’or », poursuit-il.
Mais le ministre n’a pas révélé lequel des deux chiffres ne colle pas. « D’où proviennent ces chiffres   » se demande-t-il. Une source généralement bien informée persiste sur le montant de plus de 20 milliards d’ariary de devises non rapatriés  suite à des exportations illicites d’or provenant de Betsiaka, une commune située dans le Nord. Dans cette affaire, des opérateurs miniers malgaches et chinois, avec la complicité d’élus et de responsables d’une société d’État, sont mis en cause.
En attendant les conclusions du Bianco et la décision de la justice dans cette affaire, les acteurs du secteur minier ont exprimé samedi leur solidarité avec les victimes du cyclone Enawo. Suite aux descentes effectuées à Farahalagna, Ambodi­manga, Andapa, Antalaha et Maroantsetra, Ying Vah Zafilahy, en tant que ministre Coach de la région Sava a mobilisé son ministère pour aider les victimes du passage du cyclone Enawo. Le ministère et les organismes qui lui sont rattachés ont offert près de 10 millions d’ariary à l’association Ased (Association sambavienne pour l’entraide et le développement) qui se chargera de la répartition de ce don, sur place.

Mirana Ihariliva