Vingt cinq jeunes femmes partant pour Maurice ont été débarquées. Elles pourraient s’adonner à la prostitution une fois arrivées sur place.

Soupçonnées d’être des filles de joie, 25 jeunes malgaches en partance pour Maurice ont été débarquées par le service central de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) à l’aéroport international d’Ivato, mardi dernier. Selon les informations communiquées, le motif de leur séjour dans l’île sœur n’est pas suffisamment convaincant. Pourtant, elles ont les documents de voyage ainsi que les papiers d’immigration. Par ailleurs, certains membres de ce groupe affichaient des apparences et des attitudes éveillant la curiosité des fonctionnaires de la PAF.
Elle n’ont pas pu sortir du territoire Malgache pour s’envoler à Maurice où le visa n’est pas nécessaire pour un séjour ne dépassant pas 15 jours. Elles ont été fichées par les autorités malgaches avant de rejoindre leurs foyers  respectifs. Deux jours après, deux autres jeunes femmes ont été refoulées vers la Grande Île  alors qu’elles venaient à peine de poser les pieds à Maurice. La thèse qu’elles pourraient s’adonner à la prostitution une fois sur place a été évoquée, d’autant plus qu’elles n’avaient pas apporté avec elles suffisamment de devises.

Errance
Elles ont été rapatriées à Madagascar à bord du vol d’une compagnie aérienne, autre que  celle  à qui elles ont acheté leurs billets lors de leur tentative d’immigration.
« Les contrôles des immigrations sont très importants. Si des anomalies ou des faits suspects sont relevés, des mesures sont prises selon le niveau d’alerte. Toute personne
voulant se rendre dans un pays quelconque sans motif valable ne peut pas quitter le pays»,  informe la PAF.
Soupçonnées de séjour irrégulier et d’appartenance à un réseau de prostituées, 16 autres malgaches ont été interpellées. Les autorités mauriciennes ont annoncé  leur rapatriement dans la Grande Île. Cette vague de débarquement et de refoulement de migrantes est survenue après l’opération dans une discothèque faite par le service des passeports et de l’immigration (PIO) mauricien, dans la nuit du samedi 25 au dimanche26 mars.

Andry Manase