Vingt régions sur vingt-deux sont actuellement couvertes par les guichets fonciers. Ces derniers ont pour rôle de délivrer un certificat foncier, à celui qui en fait la demande, et de donner des éclaircissements sur tout ce qui concerne le domaine du foncier.  L’Observatoire du foncier (OF), structure rattachée au Secrétariat général du ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE), a retenu le problème des Malgaches sur la différence entre le certificat foncier et le titre foncier, lors de la célébration de son dixième anniversaire, hier, à l’hôtel Panorama.
Ayant la même valeur juridique dans les transactions, les Malgaches confondent fréquemment le titre foncier et le certificat foncier. Si le premier est irréversible, le second est opposable. Pour y remédier, la lettre de politique foncière en 2015 a déjà annoncé le rôle central de l’OF dans l’appui au pilotage au Programme national foncier, avec la gestion foncière décentralisée. « Aujourd’hui, près de cent vingt quatre mille certificats fonciers ont été déjà distribués dans tout Madagascar. La région Bongolava vient récemment de recevoir sa part. Nous continuerons cette distribution dans d’autres régions. », affirme Georges Rasoamanana, secrétaire général du M2PATE.
La création des guichets fonciers va aussi dans ce sens. Selon Laza Raharo Andriamanjato, directeur de l’Observatoire foncier, « il y a actuellement cinq cent vingt quatre guichets fonciers fonctionnels à Madagascar, 95% sont appuyés financièrement et 5% autofinancés. Nous aspirons à mettre en place au moins un guichet foncier dans les quelques mille six cent communes, d’ici 2030 ».
Mais après dix années d’existence, l’OF n’a toujours pas pu implanter ces établissements dans les communes des régions Melaky et Sofia. L’obtention d’un certificat foncier est donc encore assez difficile pour les habitants de ces régions. À juste titre, l’OF a tout de même élaboré une stratégie pour la continuité et le renforcement de la gestion foncière décentralisée. Ce plan sera connu avant la fin de 2017, selon les responsables.

Tsiry Razafindrazaka