Un appel à manifestation d’intérêt sur des projets dont le soutien des réfugiés et demandeurs d’asile est publié. La Grande île en est concernée.

Proposi­tions. Le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) accorde un financement pour des projets sur le soutien des réfugiés et demandeurs d’asile à Madagascar.
Dans une annonce parue dans l’Express de Madagascar, hier, cet organisme onusien lance un appel à manifestation d’intérêt à l’endroit des organismes admissibles au titre de l’année 2018. Selon les termes de références de l’appel à manifestation d’intérêt, les propositions doivent porter sur «la protection, la détermination du statut des réfugiés, l’aide humanitaire et les solutions durables».
Cet appel étonne les obser­vateurs à plus d’un titre. La situation géographique de Madagascar, notamment son insularité, l’isole des déplacements massifs et forcés de population. La Grande île est située dans une zone paisible, loin des conflits en Syrie ou au Soudan du Sud.
Même en cas de catastrophes naturelles ou d’autres causes, venir à Mada­gascar  n’est point avantageux pour les réfugiés politiques et humanitaires. En termes de demande d’asile, les conditions socio-économiques qui prévalent, classent la Grande île à un choix epsilon.
Le ministère des Affaires étrangères tient, toutefois, à rassurer que l’appel à manifestation d’intérêt concerne également la lutte contre l’apa­tridie.

Voie diplomatique
«Nous avons adopté tout récemment une loi sur la nationalité. À mon avis, c’est plutôt dans ce sens que l’appel à manifestation d’intérêt a été publié à Madagascar», explique Béatrice Atallah, chef de la diplomatie malgache.
Toutefois, cette publication, émanant du Bureau régional de l’UNHCR en Afrique du Sud, précise que le financement est disponible pour les projets sur «la prévention et intervention des cas d’apatridie » et « le soutien des réfugiées et demandeurs d’asile».
Sur le plan diplomatique, la ministre soutient également que «nous sommes souverains sur la décision d’accueillir des refugiés ou non. Les Nations unies n’ont pas de mandat pour faire entrer des refugiés politiques ou humanitaires dans un pays». Cette déclaration enlève, d’un revers de main, les inquiétudes des observateurs sur l’éventualité de la venue massive de refugiés à Madagascar.
Afin de rassurer l’opinion publique, Béatrice Atallah ajoute que «toute demande de refuge, politique ou humanitaire, doit passer par voie diplomatique et il faut l’avis du président de la Répu­blique pour y parvenir».
Le déplacement massif et forcé de personnes est au cœur de l’actualité mondiale. Lors du Sommet humanitaire mondial en octobre 2016, l’organisation des Nations unies a demandé le concours des pays mem­bres à accueillir les réfugiés.
«À cause du contexte socio-économique, Madagascar n’a pas signé cette déclaration», conclut Béatrice Attalah.

Andry Rialintsalama