Catastrophique. C’est ainsi que l’Observatoire de la vie publique (SEFAFI) juge la communication étatique. Un constat implacable sur la manière dont l’État gère la communication, de crise en particulier.
« Épidémie de peste, révision de la Constitution, accueil des réfugiés syriens. Autant d’actualités polémiques qui ont soulevé un tollé, suscité l’incompréhension et l’indignation, semé le désarroi voire la panique (…) ont fini par indisposer le pouvoir. À l’évidence, elles n’auraient pas pris une telle ampleur si l’État avait joué la carte de la transparence, et si le droit à l’information des citoyens avait été respecté », lance le SEFAFI, comme entrée en matière d’un communiqué qu’il a publié, hier.
À en croire cette entité de la société civile, les ma­ladresses dans la communication étatique auraient pour fond le non-respect du droit à l’accès à l’information du citoyen. « Ces derniers mois, le culte du secret et la loi du silence ont mis le pouvoir à mal », affirme le SEFAFI. Il rappelle que la Constitution dispose que « tout individu à droit à l’information », et que l’Unesco définit le droit d’accès à l’information comme « un droit fondamental de l’individu et de la collectivité de chercher à savoir, et de faire savoir ce qui se passe dans la vie publique ».
Aussi, toutes les informations détenues par les entités publiques doivent être rendues publiques, sauf au motif de respect de la vie privée ou de sécurité. Que tous les citoyens ont le droit d’être informés sur tout ce qui se passe dans le pays, pour qu’ils puissent comprendre et débattre des enjeux actuels et futurs, ou encore contrôler l’action des pouvoirs. « L’accès à l’information est la règle et le secret, l’exception », souligne l’Observatoire.
Pour en revenir à la communication de gestion de crise, le SEFAFI soutient que la psychose et la panique face aux risques de propagation de la peste « se sont instaurées et se sont aggravées, face aux défaillances du système de communication publique et l’inertie des pouvoirs publics ». Les lacunes dans la communication numérique des institutions et organes étatiques sont aussi mises en exergue par l’Observatoire. Un domaine que plusieurs départements publics semblent délaisser, mais qui est pourtant incontournable. Le chantier semble immense pour qu’une véritable e-gouvernance soit opérationnelle.

Garry Fabrice Ranaivoson