Inscrit dans l’ordre du jour de la 72e session de l’assemblée générale des Nations-Unies, les négociations sur les Îles Éparses sont incertaines.

Incertaine. Pour la trente-sixième fois, la résolution 34/91 relative aux questions des Îles malgaches Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India et Europa  figure dans l’ordre du jour provisoire de l’Assemblée générale des Nations-unies. La 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies s’ouvre officiellement ce jour à New York. Les grandes questions économiques, politiques sociales et sécuritaires actuelles y sont inscrites dans l’ordre du jour.
En référence à un document partagé par la direction de la communication du ministère des Affaires étrangères intitulée «revitalisation des travaux de l’Assemblée générale» définissant le projet de programme de travail des séances plénières de l’Assemblée à sa soixante-douzième session, la question des Îles éparses est inscrit au 63e point de l’agenda de cette session. Par ailleurs, elle figure dans la « liste préliminaire annotée des questions à inscrire à l’ordre du jour provisoire de la soixante-douzième session ordinaire de l’Assemblée générale », parue dans le site officiel des Nations-unies dans la rubrique « maintien de la paix et de la sécurité internationales ».
Dans la liste annotée de l’ordre du jour rappelle l’historique et le contexte de la question à traiter. Elle évoque également des références sur des travaux préliminaires nécessaires au traitement du dossier ainsi que les décisions prises lors de la précédente session. Pour le cas des Îles malgaches, la rubrique relative aux références indique «aucune documentation préliminaire n’est prévue.»

Report systématique
Un indicateur prévoyant le report de cette question aux prochaines sessions d’autant que la liste annotée évoque le report systématique de la discussion de cette question depuis «(…) sa trente-sixième à sa soixante et onzième session, l’Assemblée générale a chaque fois décidé d’inscrire cette question à l’ordre du jour provisoire de sa session suivante». Ainsi, il est permis de s’interroger si les questions sur les Îles éparses seront discutées lors de cette session.
Remise au goût du jour depuis la Transition, la question des Îles Éparses suscite des débats passionnées et constitue un point sensible sur les relations franco-malgaches. Il y a quelques jours, le 5 septembre, Arlette Ramaroson, présidente de l’association Nosy Malagasy (ANM) a envoyé une lettre ouverte au président de la République française réclamant la restitution de ces îles à Madagascar. En plus des débats juridiques et diplomatiques, des manifestations devant l’ambassade de France à Antsaha­vola ont été organisées à plusieurs reprises par des associations nationalistes.
À plusieurs reprises, la question des Iles Éparses a été discutée au sommet.
Dans une interview lors du séjour du président de la République malgache dans l’Hexagone en juin, il a déclaré que «Madagascar estime que si on se référait aux résolutions des Nations unies, ces Îles appartiennent, à Madagascar». Il en est de même pendant sa rencontre avec François Hollande en septembre 2014.  Il a même été question de mise en place d’une commission mixte sous l’autorité directe des deux chefs d’État. Dans l’attente d’issues aux tractations et aux négociations en haut lieu, les pêcheurs malgaches continuent d’être arrêtés par la marine française aux alentours de Juan de Nova.

Andry Rialintsalama