La grande finale tant attendue de la compétition populaire, 8è édition « Hira gasy makotrokotroka» a sublimé Ambohijatovo, hier. Faisant preuve de charisme, les finalistes ont ravi l’auditoire.

Un instant de convivialité festive qui a réellement manqué au public de la capitale. Les rendez-vous du dimanche à travers l’événement « Hira gasy makotrokotroka » initié par l’Office régional du tourisme d’Analamanga, de l’association Haigasy et de la Commune urbaine d’Antananarivo, se sont clos dans la joie et dans la bonne humeur sur la place d’Ambohi- jatovo hier. Une huitième édition qui confirme ainsi une renommée intarissable de ce genre artistique intemporel, qu’est le « Hira gasy » et ce, fort de ses aspects pédagogiques et folkloriques. Couronnant ainsi cette année une troupe, arborant une fois encore, un caractère bien trempé. À savoir, la troupe de Rafaralahy Raymond de Ambatoantrano qui a remporté cette année la coupe tant convoitée de la compétition. Elle a triomphé devant la troupe de Rakotoman-dimby Jean Pierre de Morarano Gara, qui n’a quand même pas démérité face à son adversaire. Une rencontre au sommet opposant deux troupes émérites, c’est ainsi que l’auditoire, majoritairement composé de passionnés et d’inconditionnels du genre, venu nombreux sur les lieux, a décrit cette finale. C’est la troupe de Morarano Gara qui ouvre le bal pour plus d’une heure de joute verbale rythmée et pittoresque, ornée de pédagogie.
D’entrée, Morarano Gara a imposé sa voix, scandant avec vigueur ses atouts et son amour pour cet art qu’est le « Hira gasy ».

Modestie 
L’orateur de la troupe a introduit le titre de leur chanson, « On a tous des rêves, que nos ennemis nous envient ». Un intitulé, un brin pessimiste, mais que la troupe a su interpréter avec beaucoup d’ardeur, d’énergie et d’optimisme pour conquérir le public.
« Les jours se suivent et se ressemblent, renforçant les inégalités au sein de notre société. Ceci dit, on survit, on tient bon, faisant preuve d’amour, de joie et de générosité » affirme-t-il dans leur « reninkira ». La troupe de Rakotomandimby Jean Pierre a aussi tenu à sensibiliser sur les dangers des modes de vie occidentaux. Cerise sur le gâteau, la participation du jeune « Dadazily », un petit bonhomme tout juste âgé de deux ans environ, que la troupe a présenté au public le temps d’une séance de danse improvisée de sa part, a enchanté grands et petits. La troupe de Rafaralahy Raymond d’Ambatoantrano était rentré, par la suite en scène, et ce qu’on peut dire, c’est que sa réputation le précédait d’ores et déjà, vu l’attente qu’elle suscitait. Au tout début, la troupe laissait la musique parler pour elle, le tout sublimé de quelques onomatopées qui ont amusé le public.
« À cœur vaillant, rien d’impossible », c’est à travers ce thème universel que la troupe d’Ambatoantrano a fédéré le public. « Faites preuve de courage et de dévotion, soyez quelqu’un de bien, soyez un champion. Une personne courageuse et valeureuse en vaut des millions. Soyez béni et soyez fort, gardez en vous la sainte vérité et vous n’aurez jamais tort » scande la troupe. De là, Rafaralahy Raymond d’Ambatoantrano se distinguait par les quelques saynettes à travers lesquelles la troupe amuse le public. Elle s’est plu même à intégrer l’auditoire et à chanter, ainsi qu’à danser au-delà du périmètre de la scène.
De plus, ses chorégraphies étaient brillamment coordonnées, de quoi exalter encore plus le public d’Ambohijatovo. C’est ainsi que le jury composé de Victor Razafima-hatratra et d’une journaliste culturelle, a voté pour eux, privilégiant aussi l’engouement du public pour la troupe d’Ambatoan-trano.

Andry Patrick Rakotondrazaka